dimanche 18 février 2018

février 2018

_1968 night of the living deads de George A. Romero (enfin pris le temps et l'envie de le voir - eh bien c'est comme on imagine, en gros)

_1967 les rouges et les blancs - Csillagosok, katonák de Miklos Jancso (fascinant exercice de style, très élégant, avec un scénario équivoque et mystérieux - bien que vieillot, évidemment)

_1975 Un après-midi de chien - Dog Day Afternoon de Sidney Lumet (superbe film désenchanté, sans esbroufe, ancré dans la société de l'époque, et porté par un pacino fiévreux et ambigu)

_1987 Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (oui et non, mais oui quand même, pour la première partie)

_1987 L'insoutenable légèreté de l'être - The Unbearable Lightness of Being de Philip Kaufman (niais autant que romanticulcul, terriblement daté, pas regardable - et pourtant j'avais frémis au cinéma à l'époque...)

_1989 Le Décalogue de Krzysztof Kieslowski (un ennui romantique et élégant - je n'ai pas tout regardé)

_2004 Tropical Malady - Sud pralad de Apichatpong Weerasethakul (la première partie est sympathique parce qu'exotique : la même dans le marais nous aurait profondément ennuyé - la deuxième est curieuse, mais trop désincarnée à mon goût pour y entrer)

_2004 Memories of Murder de Joon-Ho Bong (bon les polars c'est pas mon genre préféré, mais là ça a un côté fascinant tellement le côté burlesque/idiot tarte écrase tout le reste)

_2005 Syriana de Stephen Gaghan (beau sujet, volonté ambitieuse, mais problème, c'est film pré-gaz de shistes qui change tout le fond géo-stratégique - et surtout assez ennuyeux)

_2009 Humpday de Lynn Shelton (petite provoc indie US gentillette)

_2014 Jersey Boys de Clint Eastwood (ne sert à rien, ennui instantané)

_2014 Noé - Noah de Darren Aronofsky (d'abord un navet boursouflé, mais aussi un film hypnotisant de mélange de premier degré enfantin et de créationisme noir sous acide)

_2014 Robocop de José Padilha (pas si mauvais pour le peu que je m'en souvienne, mais n'apporte absolument rien de neuf à l'original, qui reste très recommandé)

_2014 Mange tes morts de Jean-Charles Hue (road movie radical, libre, désespéré, pas romantique, et qui assume le ridicule et l'inconfort de la posture) (j'ai trouvé cette phrase où, moi ?)

_2015 Sicario de Denis Villeneuve (polar parano et politique de belle facture, qui à le bon goût d'être a priori documenté - particulièrement violent, mais toujours hors-champ)

_2016 Los decentes de Lukas Valenta Rinner (minimaliste, élégant, social et assez bizarre/déjanté sous son côté sérieux)

_2016 The Bad Batch de Ana Lily Amirpour (un long clip prétentieux, arty et mou)

_2017 Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve (très esthétique, très travaillé, habilement lié au précédent - mais s'effondre petit à petit, embourbé dans le charisme d'huitre asthmatique de ryan gosling)

_2017 Problemos de Eric Judor (évidemment que c'est 'juste' une comédie, avec ses blagues et ses creux - mais vu du diois, c'est hilarant)

_2017 Geostorm de Dean Devlin (Tempête dans un verre gros) (pas de moi, mais pas mieux)

_2017 Logan Lucky de Steven Soderbergh (comédie indé sympathiquement divertissante si on fait comme la plupart des protagonistes, i.e. qu'on laisse son cerveau à l'entrée)

_2017 Personal Shopper de Olivier Assayas (ça y est j'ai beaucoup trop vu kristen stewart au cinéma, il faut une purge... mais un film sec et élégant, qui sait jouer du mystère - jusqu'à une fin culcul à gros sabots)

_2017 The square de Ruben Östlund (oulalaa c'est donc ça le film qui a remué la société des critiques... parlons plutôt de provoc niaise pour ados branchouilles) (et pitié, plus jamais de film avec elisabeth moss, encore plus trop vue que ci-dessus)

_2017 Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson (fait avec des bouts de ficelles, ce serait un nanard peut-être amusant - mais,là ça a la finesse et l'élégance d'un nouveau riche russe)

_2017 Seven Sisters - What Happened to Monday  de Tommy Wirkola (c'est un jeu vidéo, avec les niveaux, les vies qu'on perd et on progresse, etc., mais pas un film - une tendance néfaste à mon sens, mais qui tend logiquement à se développer au vu des habitus du public visé)

 

Haut de page