Mot-clé - dystopie

Fil des billets

the-zero-theorem.jpgZero Theorem

The zero theorem - Terry Gilliam - 2014

Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes.

note : imitation pâle et redondante de brazil - too bad terry...

Her-2013-1.jpgHer

Spike Jonze - 2014

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de 'Samantha', une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux.

note : un vrai plaisir au début du film lors de la mise en place de l'histoire et au vu de de jolie dystopie proposée - mais le film vire romanticul, au point que la fin arrive comme un soulagement...

Repo-Man-2007-1.jpgRepo Men

Miguel Sapochnik - 2009

Dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l'aide d'organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L'Union. Le sombre pendant de cette percée scientifique : lorsque les "greffés" ne sont plus à même d'honorer les échéances de leur crédit, L'Union envoie ses agents spécialisés, les Repo Men, pour reprendre la marchandise, sans se préoccuper du confort ou de la survie de leurs clients insolvables.

note : un patchwork de films déjà vus, entre brazil et blade runner - et en plus avec cette ennuyeuse esthétique gore&propre contemporaine...

Waterworld_1995_1.jpgWaterworld

Kevin Reynolds et Kevin Costner - 1995

Vers l'an 2500, la mer a recouvert la planète. Les hommes vivent sur des atolls artificiels, condamnés à court terme. Seuls les optimistes espèrent rejoindre le mythique Dryland, la terre ferme et salvatrice. Helen en fait partie mais tous ont peur des Smokers, les pillards. Un jour débarque sur l'atoll Mariner, un sauveur improbable.

note : c'est mad max 4, mais le désert est tout d'un coup de l'eau, et le scénario a bu la tasse (à regretter le dôme du tonnerre, c'est dire) - pourtant je partais avec de bonnes dispositions...

Jacky-au-royaume-des-filles-2013-1.jpgJacky au royaume des filles

Riad Sattouf - 2014

En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent la voilerie et s'occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d'organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper.

note : je dis oui, oui à cette dystopie déconnante, absurde et politique, oui au retour des 70s au cinéma - peut-être même oui à un successeur à jean yanne...

transperceneige.jpgSnowpiercer - Le transperceneige

Snowpiercer - Bong Joon-ho - 2013

En 2014, une tentative de géo-ingénierie contre le réchauffement climatique entraîne un cataclysme : une glaciation de toute la planète, détruisant la vie et exterminant presque toute l'humanité. En 2031, des passagers enfermés dans un train forcé à rouler continuellement sont les seuls survivants sur Terre. Les habitants des derniers wagons, contraints de vivre dans la promiscuité et le rationnement, se révoltent.

note : moralement dark, visuellement trash, et asiatiquement burlesque - une très bonne dystopie donc...

Elysium-2013-1.jpgElysium

Neill Blomkamp - 2013

En 2154, il existe deux catégories de personnes : les très riches qui vivent sur la parfaite station spatiale Elysium, et les autres, qui vivent sur la Terre surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d'échapper aux crimes et à la pauvreté endémiques. Alors que la vie de Max ne tient plus qu'à un fil, il hésite à prendre part à une mission des plus dangereuses : aller à Elysium et s'élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées. S'il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.

note : blockbuster cousu de câble blanc, très bien fait mais qui laisse un peu de marbre - fox avait un peu abusé en criant au scandale crypto-communiste...

Hunger-Games-The-Hunger-Games-2011-12.jpgHunger Games

The Hunger Games - Gary Ross - 2011

Chaque année, sur les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les « tributs » – concourir aux Hunger Games. La jeune Katniss se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés aux jeux toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, un ancien vainqueur des Hunger Games mais qui a sombré dans l'alcool.

note : battle royale meets soleil vert, but as a kids' blockbusters - c'est déjà pas mal...

hunger-games-2.jpgHunger Games - L'embrasement

The Hunger Games - Catching Fire - Francis Lawrence - 2013

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark. Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais.

note : une première heure épatante de critique du système médiatique/dominant, puis une grande bataille un peu longue - mais le tout un cran au dessus du 1...

Babylon-A-D--2007-1.jpgBabylon A.D.

Mathieu Kassovitz - 2008

Toorop a mené bien des combats et survécu aux guerres qui ont ravagé le monde depuis le début du XXIème siècle. La mafia qui règne sur l'Europe de l'Est confie une mission délicate à ce mercenaire : convoyer de Russie jusqu'à New York une mystérieuse jeune fille prénommée Aurora pour la remettre aux mains d'un ordre religieux tout puissant.

note : pas de bol je venais de relire le livre (boursoufflé mais quand même quelque chose) de dantec, et le film reprend à peine la 4ème du roman, et seulement dans le 3ème tiers - avant, c'est presque aussi mal que rollerball 2...

1984-1956-1.jpg1984

Michael Anderson - 1956

Dans un monde futuriste totalitaire, Big Brother est le chef spirituel d'Océania. Il contrôle, surveille et dirige la vie de tous les êtres humains qui y vivent. Dans ce monde, il est donc totalement interdit et très dangereux de contester l'ordre ou de tomber amoureux.

note : évidemment très en deçà du roman, et de surcroît daté, mais avec une ambiance qui colle bien à celle du livre - on regrettera surtout la fin, beaucoup trop light et condensée...

Canine-Kynodontas-2009-1.jpgCanine

Kynodontas - Yoros Lanthimos - 2009

Un père, une mère et leurs trois enfants d'une petite vingtaine d'années vivent dans une maison en pleine campagne. Un haut mur entoure la maison. Les enfants ne l'ont jamais quittée. Ils ont été élevés sans aucune influence du monde extérieur, et croient que les avions qui survolent leur maison sont des jouets et que les zombies sont des petites fleurs jaunes. La seule personne à pouvoir pénétrer dans la maison est Christina, agent de sécurité dans l'entreprise du père, qui n'entre que pour assouvir les besoins sexuels du fils.

note : l'enfant illégitime de funny games et d'attenberg (même si la chronologie des sorties ne permet pas ce point de vue reproductif) - une bonne petite claque...

What-a-Flash--1971-1.jpgWhat a flash !

Jean-Michel Barjol - 1971

En 1971, le cinéaste Jean-Michel Barjol fait cohabiter pendant 3 jours et 3 nuits 200 acteurs, musiciens, peintres et acrobates, en les enfermant dans un immense studio aménagé en dortoir et cantine, avec une dizaine de caméras et de preneurs de sons documentant librement les évènements. Le fil conducteur : ils sont dans une capsule cosmique, trois jours avant le fin du monde.

note : un peu épuisant à regarder, mais heureusement assez court et très intéressant à plus d'un titre : on aurait presque envie de faire un long article qui discuterait de cet échec épatant, du ridicule égo des quelques acteurs professionnels participants, du vide absolu politique comme intellectuel qui résulte de ce huis-clos alors qu'on est en présence d'une 'élite' intellectualo-révolutionnaire libérée comme par magie de toute contrainte matérielle, de la crasse infantile et peinturlurée qui recouvre tout, du pathétique des quelques tentatives artistiques qui se mettent en place, curieusement toutes tournées vers une parodie assez tarte des rites catholiques, de l'ennui que semblent assez rapidement vivre les protagonistes, ou de la non-complaisance méchante de barjol quand il montre les 'survivants' heureux de retourner en trottant à leur petites voitures - mais on se retiendra...

Dredd-Dredd-3D-2012-1.jpgDredd

Pete Travis - 2012

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu'un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d'autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s'y confronter.

note : mince je croyais regarder un autre 'dredd' et je constate après coup que je n'ai pas regardé le bon film de sf dystopique ultra-violent et décérébrant - mais ouf, à lire les critiques, l'autre est lui aussi néo-fascisant, on peut le déplorer également...

Cloud-Atlas-2012-2.jpgCloud Atlas

Tom Tykwer, Andy Wachowski et Lana Wachowski - 2012

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se "retrouvent" d'une vie à l'autre, naissant et renaissant successivement. Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l'avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffi t à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

note : donc 6 films de genre quasi caricaturaux sur le fond comme la forme, imbriqués les uns dans les autres façon puzzle, pour un gloubi-boulga de 2h45 dont il est difficile de savoir si c'est un chef d’œuvre ou un ramassis de poncifs déjà vus plans par plans - bon déjà, on les regarde sans ennui marqué, ce qui est pas mal (tiens, si c'est ça je mets 250 tags)...

Carre-blanc-2010-1.jpgCarré blanc

Jean-Baptiste Léonetti - 2010

Dans un monde dystopico-orwellien, Philippe et Marie, deux orphelins, grandissent ensemble contre le système. 20 ans plus tard, ils sont mariés. Philippe est un cadre froid et implacable. Marie assiste impuissante à ce qu'ils sont devenus l'un pour l'autre : des étrangers. Leur destin bascule lorsque Marie décide de braver le système pour préserver ce qu'il reste de leur amour.

note : froid, dur, sec, à l'os même (jusqu'à la durée : 1h17), avec des scènes qui marquent (ah, les entretiens d'évaluation !) - manque un petit je ne sais quoi et on était dans l'incontournable, on va même le surcoter un peu...

jubilee.jpgJubilee

Derek Jarman - 1977

La reine Elisabeth I est envoyée dans le futur par l'occultiste John Dee, à travers l'esprit d'Ariel (issu de La Tempête de Shakespeare). Ellle débarque dans l'Angleterre tumultueuse de la fin des années 1970. La reine Elizabeth II est morte assassinée et Buckingham Palace est devenu un studio d'enregistrement gouverné par un producteur génial appelé Borgia Ginz. Elizabeth I évolue dans le décor d'une ville en décadence sociale et matérielle, en observant les agissements d'une bande de nihilistes.

note : 'officiellement' le premier film punk, dystopie parfaitement datée et irréprochablement no futur, avec même des pointes d'auto-dérision et/ou critique - un beau document d'époque...

Looper-2012-1.jpgLooper

Rian Johnson - 2012

20 ans après le début du film, la Mafia aura mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes 20 ans dans le passé, où des tueurs d'un genre nouveau (les «Loopers») les éliminent. Un jour, l'un d'entre eux, Joe (Joseph Gordon-Levitt), découvre que la victime qu'il doit exécuter n'est autre que lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille.

note : alors si on m'avais demandé, j'aurai proposé de choisir entre le film-de-sf-temporelle, le film-d'action-ultraviolent, le film-avec-du-paranormal, et le film-romanced-amour - là ça frôle le gloubi-boulga, mais reste un sacré spectacle, et joliment esthétique en sus...

Final_Cut_2003_3.jpgFinal Cut

The Final Cut - Omar Naïm - 2003

La puce Zoë conserve les images de toute une vie. Lorsqu'un porteur décède, un expert du montage reprend toutes les séquences sur pellicule pour en faire un film de remémoration qui rappelle le défunt lors de son enterrement. Les puces Zoë ont transformé fondamentalement les rapports humains. Cette nouvelle technologie n'est toutefois pas du goût de tous, ses adversaires militant pour le droit à l'oubli. Alan Hackmann est le meilleur monteur de Zoë Technologies. Sa compétence technique pour occulter les fautes et les péchés de ses clients lui vaut d'être devenu le réalisateur le plus demandé pour ce genre de nécrologie.

note : une idée de qualité, mais une tendance à la sobriété un peu trop grasse - et puis la rédemption, la larme finale écrasée, pitié...

Time-Out-In-Time-2011-2.jpgTime out

In time - Andrew Niccol - 2011

Dans un futur proche, le temps a réellement remplacé l'argent. Plus personne ne vieillit physiquement au-delà de ses vingt-cinq ans, mais le seul moyen de continuer à vivre est de gagner, d'hériter ou de voler du temps de vie. Alors que certains, jeunes pour toujours, accumulent et dépensent le temps sans compter, d'autres mendient quelques heures pour échapper à la mort. Will Salas vit chaque jour comme si c'était le dernier, jusqu'à ce qu'une occasion unique lui ouvre le monde des riches et des puissants. Injustement accusé de meurtre, il va fuir en compagnie d'une belle héritière qui, après avoir été son otage, va devenir son alliée contre le système corrompu qui régit ce monde.

note : excellent pitch, excellent réalisateur (ah, gattaca), excellent ratage (sauf si vous aimez les interminables courses poursuites avec tirs en continu en talons hauts) - comme quoi...

Voici_venu_le_temps_2005_1.jpgVoici venu le temps

Alain Guiraudie - 2005

Les guerriers d'Obitanie sont lancés à la poursuite de Manjas-Kébir, le bandit qui a enlevé la fille de Rixo Lomadis Bron, un riche propriétaire terrien qui règne en maître sur les bergers de la Montagne Pourpre. Rixo Lomadis Bron, accuse Manjas-Kébir d'avoir tué sa fille, et exhorte tous les habitants du pays à traquer l'assassin... Radovan Rémila Stoï, le plus grand guerrier de la contrée, s'élève contre cet acte insensé qui a toutes les chances de les mener à la guerre. Fogo Lompla, guerrier de recherche hors pair et héros de l'histoire, commence à se poser des questions : sur l'introuvable Manjas-Kébir, sur son combat en faveur de la libération des bergers, sur sa vie de guerrier qui le voue à une perpétuelle errance, et sur ses histoires d'amour impossibles.

note : oui ça a l'air confus comme ça mais c'est épatant : bizarre, joué avé l'accent du sud-ouest, homophile, dystopique, et avec des morceaux de rock'n'roll - la classe, et inattendue...

- page 1 de 5

Haut de page