Mot-clé - hasta la revolucion

Fil des billets

No-2012-1.jpgNo

Pablo Larraín - 2012

Chili, 1988. Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale, consent à organiser un référendum sur sa présidence, les dirigeants de l'opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, de concevoir leur campagne. Avec peu de moyens mais des méthodes innovantes, Saavedra et son équipe construisent un plan audacieux pour libérer le pays de l'oppression, malgré la surveillance constante des hommes de Pinochet.

note : habile, drôle et politique, donne à voir un peuple qui ose renverser pacifiquement un dictateur - mais aussi parfaitement désespérant sur l'impact du marketing politique pur (et creux)...

malcolm-x.jpgMalcolm X

Spike Lee - 1992

Malcolm X fut l'une des figures les plus marquantes de l'histoire et de la vie politique américaines.  Leader charismatique et orateurné, il exprima avec une vigueur et une éloquence incomparables les colères et les espoirs de la communauté afroaméricaine, invitant ses frères opprimés à se libérer de la domination blanche.

note : didactique et bien fait - quoique particulièrement linéaire et convenu...

Carlos-trois-parties-2009-1.jpgCarlos (1, 2 & 3)

Olivier Assayas - 2009

Première partie - Ilich Ramírez Sánchez, exécute à Londres une série d'attentats, s'installe à Paris pour le compte du FPLP, coordonne plusieurs opérations, mais est rattrapé par des agents français de la DST. Il abat trois policiers et rejoint le FPLP au Yémen du Sud.

Seconde partie - Avec des gauchistes des Cellules révolutionnaires allemandes, et des militants palestiniens, Carlos prend le contrôle du bâtiment de l'OPEP, retenant en otages les ministres et les délégations qui les accompagnent. Mais en libérant les ministres à l'aéroport d'Alger en échange d'une importante rançon il faillit à la mission que lui a confiée Haddad, romps avec le FPLP et monte son propre groupe.

Troisème partie - Le groupe de Carlos, installé à Budapest et protégé par la Syrie, établit des liens avec différents clients intéressés par leur savoir-faire particulier. Mais après la chute du mur de Berlin, il perd plusieurs de ses commanditaires et est traqué par les services secrets de plusieurs pays. Il est capturé et ramené à Paris où il devra répondre de ses crimes qu'en France on n'a pas oubliés.

note : même si carlos lui-même a réfuté les films, tout semble documenté, et c'est un beau document sur ces années-là - cosmopolites, violentes et révolutionnaires...

Jacky-au-royaume-des-filles-2013-1.jpgJacky au royaume des filles

Riad Sattouf - 2014

En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent la voilerie et s'occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d'organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper.

note : je dis oui, oui à cette dystopie déconnante, absurde et politique, oui au retour des 70s au cinéma - peut-être même oui à un successeur à jean yanne...

Carlos-2010-1.jpgCarlos

Olivier Assayas - 2010

A la fois figure de l'extrême gauche et mercenaire opportuniste à la solde des services secrets de puissances du Moyen-Orient, Carlos a constitué sa propre organisation, de l'autre côté du rideau de fer, durant les dernières années de la guerre froide. L'histoire d'un révolutionnaire internationaliste, manipulateur et manipulé, porté par les flux de l'histoire de son époque et de ses dérives. Nous le suivrons jusqu'au Soudan, où la dictature islamiste, après l'avoir un temps couvert, le livre à la police française.

note : intéressant, bien fait, belle prestation actor's studio du héro, mais paradoxalement lisse et plat - à confirmer avec la mini série dont il est le raccourci...

putney_swope.jpgPutney Swope

Robert Downey Sr. - 1969

Suite à un vote hypocrite, le seul noir du conseil d'administration d'une grosse agence publicitaire est nommé accidentellement Président. Ses méthodes de management très particulières, clairement orientées Black Panthers, vont entraîner un tel succès public qu'on commence à s'inquiéter à la Maison Blanche.

note : une satire, la pub c'est mal, vu de l'intérieur ? un peu comme 99F alors ? oui, un peu, mais surtout bien avant, et en version black powa - bien mieux donc (que le livre, hein le film étant tout naze) (ah et pour l'anecdote, oui, c'est le père d'iron man qui réalise - de la déchéance générationnelle)...

solo.jpgSolo

Jean-Pierre Mocky - 1969

Lors de ses voyages, Vincent Cabral, un violoniste, livre des bijoux voles à des receleurs. Virgile, son frère, appartient à un groupe d'anarchistes qui veut bannir les bourgeois et assassiner plusieurs personnes. Découvrant la vérité, Vincent tente de retrouver Virgile et est à son tour traqué par la police.

note : un bon film à fond socio-politique typique de son époque, mais clairement post-68, lucide et mélancolique, auquel on s'attache - le tout très cheap, on est chez mocky...

hi-mom.jpgHi, mom !

Brian de Palma - 1970

Où l'on suit les pérégrinations de John Rubin, vétéran du Vietnam débarquant à Greenwich Village dans l'espoir de devenir réalisateur de films pornographiques.

note : une curiosité brouillonne et politisée, dans son genre assez typique de l'époque - notons une scène très longue et assez dérangeante, 'be black', où des acteurs activistes noirs renversent radicalement les rôles de domination sur un public blanc qui vit difficilement la chose...

masqued-and-anonymous.jpgMasqued and anonymous

Larry Charles - 2002

On fait sortir la vieille star du rock Jack Fate de prison pour un concert unique destiné à relancer la popularité du président mourant d'une amérique en déliquescence, vaguement totalitaire, et totalement corrompue. 

note : au début on se dit que ça va être ironique et malin, entre les caméos jubilatoires d'acteurs ultra-connus et le côté film expérimental politico-révolutionnaire 70s - mais ça ne prend pas...

Cloud-Atlas-2012-2.jpgCloud Atlas

Tom Tykwer, Andy Wachowski et Lana Wachowski - 2012

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se "retrouvent" d'une vie à l'autre, naissant et renaissant successivement. Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l'avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffi t à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

note : donc 6 films de genre quasi caricaturaux sur le fond comme la forme, imbriqués les uns dans les autres façon puzzle, pour un gloubi-boulga de 2h45 dont il est difficile de savoir si c'est un chef d’œuvre ou un ramassis de poncifs déjà vus plans par plans - bon déjà, on les regarde sans ennui marqué, ce qui est pas mal (tiens, si c'est ça je mets 250 tags)...

Le-Sel-de-la-terre-Salt-of-the-Earth-1954-1.jpgLe sel de la terre

Salt of the earth - Herbert J. Biberman - 1954

Aux États-Unis, dans une ville minière du Nouveau Mexique, les mineurs d'origine mexicaine se mettent en grève. Ils veulent bénéficier des mêmes avantages que les travailleurs blancs. La compagnie qui les emploie utilise alors tous les moyens légaux possibles pour les faire céder. Alors que le mouvement est dans une impasse, la participation des femmes, tout d'abord réprouvée par les hommes, va changer la donne et s’avérer d'une grande efficacité.

note : un film pur et beau comme une pensée syndicale, ce qu'il est d'ailleurs, réalisé contre les grands studios par des personnes black-listées sous mccarthy - et avec des acteurs syndicalistes et/ou non professionnels...

el_che_ernesto_guevara_enquete_sur_un_homme_de_legende.jpgErnesto Guevara, enquête sur un homme de légende

Maurice Dugowson -1997

Trente ans après la mort d'Ernesto Che Guevara, Maurice Dugowson est parti sur les traces de ce révolutionnaire qui devait devenir un véritable mythe pour toute une génération.

note : évidemment, c'est pas là qu'on va aller chercher une critique acerbe de celui qu'on a pu surnommer 'le boucher' - c'est un beau portrait d'un personnage forcément fascinant, qui n'est pas non plus montré que comme un surhomme parfait...

le_fond_de_l_air_est_rouge,0.jpgLe fond de l'air est rouge

Chris Marker - 1977

« … Au cours de ces dix années, un certain nombre d'hommes et de forces (quelquefois plus instinctives qu'organisées) ont tenté de jouer pour leur compte, fût ce en renversant les pièces. Tous ont échoué sur les terrains qu'ils avaient choisis. C'est quand même leur passage qui a le plus profondément transformé les données politiques de notre temps.Ce film ne prétend qu'à mettre en évidence quelques étapes de cette transformation. » Chris Marker. Images officielles, bouts de films, chutes de reportages,  bobines négligées sont les matériaux de cette fresque, dont le visionnage se clôt sur le déroulant suivant : «  les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s'oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire. »

note : complexe, touffu, brouillon même, mais avec un fil directeur ténu qui nous fait épatamment passer de l'espoir révolutionnaire à un constat d'échec d'une décennie qui fascine - et qui fascine même drôlement par ici...

die-innere-sicherheit.jpgContrôle d'identité

Die Innere Sicherheit - Christian Petzold - 2000

Depuis quinze ans, Jeanne et ses parents vivent dans la clandestinité et se mêlent aux touristes anonymes des plages du Portugal. Celle-ci n'a jamais connu la vie normale d'une adolescente : elle est seule et n'a jamais été à l'école. Ses parents sont sur le point d'obtenir une identité légale au Brésil, lorsqu'une petite négligence fait tout basculer. Entre temps, Jeanne, qui ne peut communiquer avec le monde extérieur, est tombée amoureuse. Ses sentiments vont mettre en péril la sécurité de sa famille.

note : sujet original, film sobre et dense, à la limite d'un dumont - malheureusement axé sur le regard de l'adolescente, et ça c'est pénalisant pour mon plaisir (sauf chez larry clark en général, en effet)...

Memorias_del_Subdesarrollo.jpgMémoires du sous-développement

Memorias del subdesarollo - Tomas Gutierrez Alea - 1968

La Havane, 1961. Sergio, bourgeois cultivé et oisif, voit ses parents et son épouse partir aux USA pour fuir le nouveau régime de Castro. Il se retrouve seul, avec pour ressource une pension versée par l'état depuis qu'on lui a nationalisé ses biens. Il entreprend de rédiger ses mémoires et rencontre Elena, avec qui il vit un moment. Mais il est accusé par les parents de celle-ci d'avoir abusé d'elle, est jugé et finalement acquitté. Alors que la tension politique monte contre les États-Unis, Sergio reste passif, dépassé par les évènements.

note : copions-collons : en quelque sorte le A bout de souffle du cinéma cubain. Plus qu'un brillant exercice de style qui révélait un grand talent de la part de son auteur, c'est un exemple sans précédent de cinéma post-révolutionnaire réussi - alors s'il vous plait...

je-suis-curieuse-jaune.jpgJe suis curieuse (jaune)

Jag är Nyfiken (Gul) - Vilgot Sjöman - 1967

Le film raconte les tribulations d'une jeune fille de 20 ans dans le Stockholm de la fin des années 60, alors en plein révolution sexuelle. Lena cherche par tous les moyens à comprendre le monde dans lequel elle vit. Avec un ami étudiant, elle interviewe sur un mode naïf des inconnus dans la rue, des jeunes appelés, des hommes politiques ou encore des personnes célèbres. Avec son groupuscule d'activistes, elle organise également des manifestations impromptus et contradictoires : contre la guerre au Vietnam ou pour l'accès à la bombe atomique pour la Suède.

note : vague scandale sexuel à l'époque assez ridicule vu d'ici - reste un ovni néo-godardien mi docu mi-fiction, très politique, bizarre et agréablement foutraque quoique vieillot...

CHE-1ere-partie-Guerrilla-2007-2.jpgChe 1ère partie, l'argentin

Steven Soderbergh - 2007

26 novembre 1956 : Fidel Castro embarque pour Cuba avec 80 rebelles. L'offensive se solde par un massacre : seuls douze hommes en réchappent, dont le Che (médecin du groupe) et Castro. Réfugiés dans la Sierra Maestra, les «barbudos» déclarent la «guerre totale» au régime de Batista. Guevara prouve ses qualités de combattant et se rend indispensable à ses compagnons. La résistance s'intensifie, gagne toute l'île. 1er janvier 1959 : les rebelles célèbrent leur victoire à Santa Clara, le dictateur s'enfuit.

note : une ode au che, il est beau, il est généreux, il est bon, il est courageux, il est impitoyable mais juste - heureusement le film est un puzzle temporel agréable à regarder...

suivi de :

CHE-2eme-partie-Guerrilla-2007-2.jpgChe 2ème partie, guerilla

Après accession au gouvernement cubain et gloire mondiale, le Che disparaît. Il réapparaît en Bolivie, incognito et méconnaissable, œuvrant clandestinement à la constitution d'un petit groupe de camarades cubains et de recrues boliviennes censé amorcer la grande Révolution Latino-américaine. La campagne bolivienne est une ode à sa ténacité et à son sens du sacrifice.

note : pis il meurt - et avant ça on se sera bien ennuyé...

stammheim.jpgStammheim

Reinhard Hauff - 1985

L'histoire du procès des membres de la bande a Baader-Meinhof, de la Fraction Armée Rouge, en 1975, réalisé à partir des compte-rendus d'audience. Jugés à la prison de de Stuttgart-Stammheim mais épuisés moralement par une détention sous haute tension, les accusés sont soumis à une très forte pression psychologique et préfèrent se suicider (nde : enfin peut-être).

note : il m'a semblé que tout le volet politique du pourquoi de la lutte de la RAF était évacué au profit des guéguerres internes et des provocs assez gratuites envers l'autorité - ça m'a pas palpité...

120X160 FACTIONLa bande à Baader

Der Baader Meinhof Komplex - Uli Edel - 2007

Dans les années 70, sous la conduite d'Andreas Baader, Ulrike Meinhof et Gudrun Ensslin, une nouvelle génération radicalisée entre violemment en guerre contre ce qu'ils perçoivent comme le nouveau visage du fascisme : l'impérialisme américain soutenu par les membres de l'establishment allemand, dont certains ont un passé de nazi. Leur objectif est de créer une société plus humaine. Mais en employant des moyens inhumains, en répandant la terreur et en faisant couler le sang, ils perdent leur propre humanité.

note : une intéressante démonstration du côté 'hors-sol' de la RAF : loin du peuple qu'il veut défendre, égocentrique et parano - à rapprocher (en sa défaveur) du autrement radical United Red Army, ou (aussi) du autrement ludique Der Dritte Generation (et en attendant de voir Stammheim)...

Troisieme_generation_1979_1.jpgLa troisième génération

Die Dritte Generation - Rainer Werner Fassbinder - 1979

"Une comédie en six parties pleine de tension, d'excitation et de logique, de cruauté et de folie, comme les contes que l'on raconte aux enfants pour les aider à supporter leur vie jusqu'à la mort" (exergue du film). L'hiver 1979 à Berlin. Des terroristes enlèvent le représentant d'une société américaine d'informatique. Un traître se glisse au sein du groupe pour le livrer à la police au moment voulu. Un ballet grotesque de faux héros et de vrais dupes, orchestré avec une vraie maestria et une intense jubilation.

note : mon deuxième fassbinder seulement (seulement ? oui), et là aussi un grand plaisir à sa façon de filmer du 'théâtre' - quand à l'histoire, elle est particulièrement critique envers les petits bourges qui jouent aux terroristes rouges...

- page 1 de 2

Haut de page