Mot-clé - le capitalisme voilà l ennemi

Fil des billets

le-loup-de-wall-street.jpgLe loup de Wall-Street

The wolf of Wall-Street - Martin Scorcese - 2013

Jordan Belfort, un courtier en bourse de Long Island, refuse de collaborer avec les autorités dans le cadre d'une vaste affaire de corruption à Wall Street. Le film raconte la spectaculaire ascension et la chute vertigineuse de Belfort à Wall Street. Son style de vie tumultueux de tous les excès : les fêtes, les drogues et l'alcool.

note : une quasi comédie, sur un fond critique du système boursier - une violence mesurée pour une fois chez scorcese...

Carlos-trois-parties-2009-1.jpgCarlos (1, 2 & 3)

Olivier Assayas - 2009

Première partie - Ilich Ramírez Sánchez, exécute à Londres une série d'attentats, s'installe à Paris pour le compte du FPLP, coordonne plusieurs opérations, mais est rattrapé par des agents français de la DST. Il abat trois policiers et rejoint le FPLP au Yémen du Sud.

Seconde partie - Avec des gauchistes des Cellules révolutionnaires allemandes, et des militants palestiniens, Carlos prend le contrôle du bâtiment de l'OPEP, retenant en otages les ministres et les délégations qui les accompagnent. Mais en libérant les ministres à l'aéroport d'Alger en échange d'une importante rançon il faillit à la mission que lui a confiée Haddad, romps avec le FPLP et monte son propre groupe.

Troisème partie - Le groupe de Carlos, installé à Budapest et protégé par la Syrie, établit des liens avec différents clients intéressés par leur savoir-faire particulier. Mais après la chute du mur de Berlin, il perd plusieurs de ses commanditaires et est traqué par les services secrets de plusieurs pays. Il est capturé et ramené à Paris où il devra répondre de ses crimes qu'en France on n'a pas oubliés.

note : même si carlos lui-même a réfuté les films, tout semble documenté, et c'est un beau document sur ces années-là - cosmopolites, violentes et révolutionnaires...

120x160Dioses

(Gods) - Josué Méndez - 2008

Pour leurs dernières vacances avant la fac, Diego et sa sœur Andrea, vivent dans la villa familiale paradisiaque de bord de mer, loin du Pérou que l'on connaît. Toute une société est cloitrée là, hors du monde, comme des Dieux. Elisa, jeune conquête du paternel fraîchement débarquée dans cet univers, doit apprendre les codes d'un monde au-dessus des lois. De son côté, torturé par un amour écrasant et une relation difficile avec son père, enchaînant des fêtes confinant à l'orgie, Diego peine tout autant à trouver sa place dans cette société où il a pourtant grandi.

note : une esthétique agréable, quelques très beaux plans (comme sur la favela, épatant), quelques contrastes de classes appuyés et efficaces, mais un film à la provocation molle où on n'entre guère - mais peut-être un ovni au pérou...

Apres-mai-2011-1.jpgAprès Mai

Olivier Assayas - 2011

Région parisienne, début des années 1970. Jeune lycéen, Gilles est pris dans l'effervescence politique et créatrice de son temps. Comme ses camarades, il est tiraillé entre un engagement radical et des aspirations plus personnelles. De rencontres amoureuses en découvertes artistiques, qui les conduiront en Italie, puis jusqu'à Londres, Gilles et ses amis devront faire des choix décisifs pour trouver leur place dans une époque tumultueuse.

note : propre, appliqué, tout semble assez juste (et/car vécu parait-il) mais sonne plutôt creux et affecté - mais si on pense à aujourd'hui, c'est triste d'avoir le sentiement que pour les jeunes, l'utopie est juste un sujet de cinéma...

Carlos-2010-1.jpgCarlos

Olivier Assayas - 2010

A la fois figure de l'extrême gauche et mercenaire opportuniste à la solde des services secrets de puissances du Moyen-Orient, Carlos a constitué sa propre organisation, de l'autre côté du rideau de fer, durant les dernières années de la guerre froide. L'histoire d'un révolutionnaire internationaliste, manipulateur et manipulé, porté par les flux de l'histoire de son époque et de ses dérives. Nous le suivrons jusqu'au Soudan, où la dictature islamiste, après l'avoir un temps couvert, le livre à la police française.

note : intéressant, bien fait, belle prestation actor's studio du héro, mais paradoxalement lisse et plat - à confirmer avec la mini série dont il est le raccourci...

Thank-You-for-Smoking-2004-2.jpgThank You for Smoking

Jason Reitman  - 2004

Lobbyiste séduisant et ambitieux, Nick Naylor met son charme, son talent et son sourire carnassier au service de la société Big Tobacco pour contrer les ravages de la politique de prévention contre le tabagisme. De conférence de presse en talk-show télévisé, il défend l'indéfendable, mais a du mal à convaincre son ex-femme qu'il peut être un père modèle pour son fils.

note : à demi mélo, à demi cynique, finalement assez gentil, et curieusement non fumeur : pas un clope à l'écran - effet volontaire ou collatéral d'une certaine bienpensance ?

Cosmopolis-2011-1.jpgCosmopolis

David Cronenberg - 2011

New York City. Eric Packer, jeune golden boy, a enviede se faire couper les cheveux chez son coiffeur de famille, et monte à bord de la limousine qui lui sert de bureau, accompagné de son chauffeur et de son garde du corps. Mais le trafic est paralysé ; une menace d'attentat pèse sur le Président des États-Unis. Commence alors une longue traversée de la ville, au cours de laquelle Packer multiplie les rendez-vous et les rencontres.

note : presque bien par sa tentative de critique sociale et de contestation du capitalisme, quoi que flottante et hors sol - mais la fin, bouh qu'elle est lente et lourdaude...

Louise-Wimmer-2011-1.jpgLouise Wimmer

Cyril Mennegun - 2011

Après une séparation douloureuse, Louise Wimmer a laissé sa vie d’avant loin derrière elle. À la veille de ses cinquante ans, elle vit dans sa voiture et a pour seul but de trouver un appartement et de repartir de zéro. Armée de sa voiture et de la voix de Nina Simone, elle veut tout faire pour reconquérir sa vie.

note : ouch, voilà qui est particulièrement noir, beau et 'vrai', pour autant que je puisse juger de ça depuis ma condition de petit-bourgeois-intellectuel-de-sous-préfecture - pour autant, je n'ai pas tant accroché, tout en le regrettant inexplicablement...

choses-secretes.jpgChoses secrètes

Jean-Claude Brisseau - 2002

Deux filles issues de milieux défavorisés utilisent leur pouvoir de séduction pour accéder le plus rapidement possible au sommet de la hiérarchie sociale. Elles intègrent une grande entreprise. Après avoir écrasé quelques cadres importants, elles parviennent à atteindre le fils du patron et futur dirigeant. Or, le jeune homme est un libertin qui va les manipuler et les faire souffrir.

note : un deuxième brisseau, à l'origine d'ailleurs du pas mal les anges exterminateurs, avec là aussi des actrices très sexe au jeu de limande, mais aussi une intrigue à bon fond socio-politique, et pourtant, ça m'a semblé totalement à côté de la plaque - comme quoi...

8th-Wonderland-2007-2.jpg8th wonderland

Nicolas Alberny et Jean Mach - 2007

Des millions de personnes créent via internet le premier pays virtuel, 8th Wonderland, partant de l'idée que si un individu n'a guère de chance de se faire entendre, un pays, en revanche, aura beaucoup plus de possibilités d'intervention au niveau International. Chaque semaine, tous les habitants de 8Th Wonderland votent par référendum une motion différente pour améliorer le monde. Si elle est adoptée, ils se chargent de la faire appliquer dans la 'vraie vie'. Mais les motions deviennent petit à petit réactionnaires, et se rapprochent d'un comportement terroriste.

note : une belle idée au départ, mais traitée comme par des ados en première année de philo-politique, visuellement un peu fauchée, et jouée avec les pieds - reconnaissons que de l'avoir vu en VF est un gros handicap, mais pas certain que ça aurait tout sauvé...

Margin-Call-2010-9.jpgMargin call

J.C. Chandor - 2010

Pour survivre à Wall Street, sois le premier, le meilleur ou triche. La dernière nuit d'une équipe de traders, avant le krach de leur société suite à des investissements de type subprimes. Pour sauver leur peau, un seul moyen : ruiner les autres.

note : c'est propre, bien fait, avec des acteurs de qualité - mais on n'y comprend rien, pas plus qu'on n'y entre...

Stardust.jpegStardust

Michael Apted - 1974

Jim MacLaine a maintenant monté un groupe, les Stray Cats, et retourne chercher son ami Mike pour en faire leur manager. Celui-ci s'avère très bon,  et il leur dégotte rapidement un nouveau van pour les tournées et une session d'enregistrement studio. Le succès est au rendez-vous, et le groupe gravit en accéléré les marches de la gloire, d'abord en Angleterre puis aux États-Unis : Sex, Drugs & Rock'n'Roll à l'excès, jusqu'au split. Après un album solo grandiloquent au succès exceptionnel, Jim, totalement vidé, se retire avec Mike dans un château isolé en Espagne.

note : la suite de That'll be the day, qui semble plus cousue de fil blanc vue d'ici car on a déjà vu plein de fois ce type d'ascensions/chute, mais qui développe un point nouveau pour l'époque : un peu le versant sérieux de spinal tap, avec un clin d’œil très appuyé à privilege quand, au sommet de sa carrière, Jim MacLaine est mis en scène dans une clonerie des shows de Steve Shorter (eh, c'est un truc que j'ai trouvé tout seul et même pas je l'ai lu ensuite sur le net ! oui, j'ai produit un contenu original, c'est assez fou)...

99-francs-2006-2.jpg99F

Jan Kounen - 2006

Octave est le maître du monde : Octave exerce la profession de rédacteur publicitaire. Il décide aujourd'hui ce que vous allez vouloir demain. Pour lui, « l'homme est un produit comme les autres ». Il est couvert d'argent, de filles et de cocaïne. Pourtant, il doute. Deux événements vont bouleverser le cours de sa vie. Son histoire d'amour avec Sophie, la plus belle employée de l'agence, et une réunion chez Madone pour vendre un film de pub à ce géant du produit laitier. Le doué Octave déjante alors et décide de se rebeller contre le système qui l'a créé, en sabotant sa plus grande campagne.

note : ah oui mais non jan, on ne peut pas refaire fight club en clignant de l’œil vers kill bill avec jean dujardin - avec lui on fait oss 117, c'est chouette aussi, mais pas subversif...

Le-Sel-de-la-terre-Salt-of-the-Earth-1954-1.jpgLe sel de la terre

Salt of the earth - Herbert J. Biberman - 1954

Aux États-Unis, dans une ville minière du Nouveau Mexique, les mineurs d'origine mexicaine se mettent en grève. Ils veulent bénéficier des mêmes avantages que les travailleurs blancs. La compagnie qui les emploie utilise alors tous les moyens légaux possibles pour les faire céder. Alors que le mouvement est dans une impasse, la participation des femmes, tout d'abord réprouvée par les hommes, va changer la donne et s’avérer d'une grande efficacité.

note : un film pur et beau comme une pensée syndicale, ce qu'il est d'ailleurs, réalisé contre les grands studios par des personnes black-listées sous mccarthy - et avec des acteurs syndicalistes et/ou non professionnels...

el_che_ernesto_guevara_enquete_sur_un_homme_de_legende.jpgErnesto Guevara, enquête sur un homme de légende

Maurice Dugowson -1997

Trente ans après la mort d'Ernesto Che Guevara, Maurice Dugowson est parti sur les traces de ce révolutionnaire qui devait devenir un véritable mythe pour toute une génération.

note : évidemment, c'est pas là qu'on va aller chercher une critique acerbe de celui qu'on a pu surnommer 'le boucher' - c'est un beau portrait d'un personnage forcément fascinant, qui n'est pas non plus montré que comme un surhomme parfait...

le_fond_de_l_air_est_rouge,0.jpgLe fond de l'air est rouge

Chris Marker - 1977

« … Au cours de ces dix années, un certain nombre d'hommes et de forces (quelquefois plus instinctives qu'organisées) ont tenté de jouer pour leur compte, fût ce en renversant les pièces. Tous ont échoué sur les terrains qu'ils avaient choisis. C'est quand même leur passage qui a le plus profondément transformé les données politiques de notre temps.Ce film ne prétend qu'à mettre en évidence quelques étapes de cette transformation. » Chris Marker. Images officielles, bouts de films, chutes de reportages,  bobines négligées sont les matériaux de cette fresque, dont le visionnage se clôt sur le déroulant suivant : «  les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s'oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire. »

note : complexe, touffu, brouillon même, mais avec un fil directeur ténu qui nous fait épatamment passer de l'espoir révolutionnaire à un constat d'échec d'une décennie qui fascine - et qui fascine même drôlement par ici...

die-innere-sicherheit.jpgContrôle d'identité

Die Innere Sicherheit - Christian Petzold - 2000

Depuis quinze ans, Jeanne et ses parents vivent dans la clandestinité et se mêlent aux touristes anonymes des plages du Portugal. Celle-ci n'a jamais connu la vie normale d'une adolescente : elle est seule et n'a jamais été à l'école. Ses parents sont sur le point d'obtenir une identité légale au Brésil, lorsqu'une petite négligence fait tout basculer. Entre temps, Jeanne, qui ne peut communiquer avec le monde extérieur, est tombée amoureuse. Ses sentiments vont mettre en péril la sécurité de sa famille.

note : sujet original, film sobre et dense, à la limite d'un dumont - malheureusement axé sur le regard de l'adolescente, et ça c'est pénalisant pour mon plaisir (sauf chez larry clark en général, en effet)...

Memorias_del_Subdesarrollo.jpgMémoires du sous-développement

Memorias del subdesarollo - Tomas Gutierrez Alea - 1968

La Havane, 1961. Sergio, bourgeois cultivé et oisif, voit ses parents et son épouse partir aux USA pour fuir le nouveau régime de Castro. Il se retrouve seul, avec pour ressource une pension versée par l'état depuis qu'on lui a nationalisé ses biens. Il entreprend de rédiger ses mémoires et rencontre Elena, avec qui il vit un moment. Mais il est accusé par les parents de celle-ci d'avoir abusé d'elle, est jugé et finalement acquitté. Alors que la tension politique monte contre les États-Unis, Sergio reste passif, dépassé par les évènements.

note : copions-collons : en quelque sorte le A bout de souffle du cinéma cubain. Plus qu'un brillant exercice de style qui révélait un grand talent de la part de son auteur, c'est un exemple sans précédent de cinéma post-révolutionnaire réussi - alors s'il vous plait...

je-suis-curieuse-jaune.jpgJe suis curieuse (jaune)

Jag är Nyfiken (Gul) - Vilgot Sjöman - 1967

Le film raconte les tribulations d'une jeune fille de 20 ans dans le Stockholm de la fin des années 60, alors en plein révolution sexuelle. Lena cherche par tous les moyens à comprendre le monde dans lequel elle vit. Avec un ami étudiant, elle interviewe sur un mode naïf des inconnus dans la rue, des jeunes appelés, des hommes politiques ou encore des personnes célèbres. Avec son groupuscule d'activistes, elle organise également des manifestations impromptus et contradictoires : contre la guerre au Vietnam ou pour l'accès à la bombe atomique pour la Suède.

note : vague scandale sexuel à l'époque assez ridicule vu d'ici - reste un ovni néo-godardien mi docu mi-fiction, très politique, bizarre et agréablement foutraque quoique vieillot...

l-honneur-perdu-de-katharina-blum.jpgL'Honneur perdu de Katharina Blum

Die Verlorene Ehre der Katharina Blum - Volker Schlöndorff et Margarethe von Trotta - 1975.

L'action se déroule à Cologne, en février, en pleine période de carnaval. Katharina Blum, jeune gouvernante chez le couple Blorna, rencontre par hasard Ludwig Götten, recherché et suivi par la police depuis de nombreux jours. Le jeudi matin, la police investit l'appartement de Katharina Blum, mais Ludwig s'est déjà enfui. Commence alors pour la jeune femme un véritable chemin de croix, fait d'interrogatoires policiers, d'acharnement journalistique, d'opprobre de la part de voisins et d'anonymes. La tragédie culmine avec la mort de la mère de Katharina, gravement malade et harcelée par le journaliste Tötges.

note : une critique à la fois des années de plomb et du système médiatique - un bon principe, mais qui a un peu pris l'âge et semble un rien poussif...

- page 1 de 3

Haut de page