Mot-clé - nanar

Fil des billets

Ilsa-la-louve-des-SS-Ilsa-She-Wolf-of-the-SS-1975-1.jpgIlsa, la louve des SS

Ilsa, She Wolf of the SS - Don Edmonds - 1975

Dirigeant un petit camp de concentration, la SS Ilsa fait subir les pires tortures à ses détenus, et en particulier aux femmes, souhaitant ainsi en tirer la conclusion que le sexe faible résiste bien mieux à la douleur que les hommes. Alors que les prisonniers élaborent un plan d'évasion, elle jette son dévolu sur l'un d'eux, un jeune américain capable de satisfaire tous ses appétits sexuels sans "défaillir".

note : presque pas de scénario + images cheaps (mais trash) de tortures + nazi + seins nus = Ilsa - difficile de savoir quoi en penser, mais un concept compliqué à défendre en société, convenons-en...

greaser-s-palace.jpgGreaser's Palace

Robert Downey Sr. - 1972

Une parabole et un pastiche de la vie du Christ. Pas à proprement parler sa vie d'après les écritures, mais une réinterprétation de certains éléments à base d'absurde, de constipations, et de résurrections inattendues.

note : moui, des détails amusant mais un peu du sous el topo, en mou - quoi, je n'ai pas vu el topo, et alors ? j'ai vu l'épatante montagne sacrée, ça vaut...

scorpion-1.jpgElle s'appelait Scorpion

Joshuu sasori : Dai-41 akkyo-bô - Itô Shunya - 1972

Matsushima Nami est enfermée au cachot depuis un an. Quand elle peut enfin retourner avec les autres à la lumière du jour elle tente de tuer le directeur de la prison, qui punit toutes les prisonnières en les faisant travailler comme au bagne. La légende autour de Nami "Sasori" se renforce du côté des prisonnières. Le directeur décide alors de l'humilier devant les détenues pour lui mettre à dos toute la prison - une sorte de cadeau avant son départ.

note : si on accepte de longs temps quasi muets coupés par de la pop décalée, des mouvements frénétiques puis très calculés de caméra, des alternances inopinées distanciation/identification aux héroïnes, des filtres de couleur et ralentis inattendus, des sauts impromptus entre sadisme, grotesque, fantastique, horreur, érotisme, violence, alors c'est un chef d’œuvre - si (moi oui)...

note 2 : confessons avoir vu aussi l'épisode 1, puis les 3 et 4, qui malheureusement ne sont que des séries z, des festivals gore cheaps avec profusion de nymphettes en culotte, mais sans le côté psychédélique qui transcende le 2 -  lents et trash, ennuyeux, ils n'ont pas la magie...

scorpion-3.jpgscorpion-2.jpgscorpion-4.jpg

Oblivion-2012-1.jpgOblivion

Joseph Kosinski - 2012

Jack Harper, en station sur la planète Terre dont toute la population a été évacuée, est en charge de la sécurité et de la réparation des drones. Suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, Jack fait partie d'une gigantesque opération d'extraction des dernières ressources nécessaires à la survie des siens. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu'il considère néanmoins comme son chez-lui. Sa vie Jack est bouleversée quand il assiste au crash d'un vaisseau spatial et porte secours à une belle inconnue.

note : ouch le beau nanar : friqué, redondant, ridicule et très inspiré de moult films déjà eux-même pas toujours originaux - et long (notons que la dianétique en fait ça doit être un régime à base de sang de vierges : cruise n'a pas vieilli depuis top gun (1986 !) - il a toutefois pris un peu de muscle)...

Faster-Pussycat--Kill--Kill--1966-5.jpgFaster pussycat ! Kill ! Kill !

Russ Meyer - 1966

Varla, Rosie et Billie, pulpeuses danseuses de go-go club, vivent dans le désert où sans foi ni loi, elle pratiquent le judo, le karaté et la course automobile dans les grands espaces, chacune dans sa voiture de sport. Lors d'un arrêt près d'une rivière, la rivalité entre la chatoyante Billie et l'ombrageuse Rosie éclate au grand jour. Elles sont interrompues par l'arrivée d'une autre voiture avec, à son bord, une très jeune fille en maillot de bain et un homme en bermuda. Varla défie l'homme dans une course automobile et, après avoir triché pour gagner, le tue à coups de poing. Dans une station-service, les fugitives apprennent qu'un vieil homme lubrique vivant avec ses deux fils cache un énorme magot. Avec la nymphette comme appât, les trois créatures se lancent dans la course au trésor.

note : radical pour son temps mais malheureusement très daté et poussif vu d'ici - et comme le scénario est délayé in extenso ci-dessus...

illustrated_man.jpgL'homme tatoué

The illustrated man - Jack Smight - 1969

Un homme dont le corps est complètement recouvert de tatouages est à la recherche de la femme qui a réalisé tous ces dessins. Chacun d'entre eux cache une histoire qu'il a vécu dans le futur ou le passé, éventuellement sur une autre planète, et que l'on vit quand on le regarde.

note : un côté bien barré 70s, très beaux et hilarants designs intérieurs d'époque à la hauteur de l'affiche, et ce dialogue "- Dis-moi, que dirais-tu de faire l'amour" "- Pourquoi ?"...

200-motels.jpg200 Motels

Franck Zappa - 1971

Entre autres : Jim Motorhead Sherwood tombe amoureux d’un aspirateur géant au doux nom de Gypsy Mutant Vacuum Cleaner tandis que Jimmy Carl Black dégomme du hippie à coup de mitrailleuse dans un bar de rednecks. Et l’orchestre de se voir parqué dans un camp de rééducation, tandis que des hommes à tête de lézard se baladent dans ses rangs.

note : il paraît que zappa ne prenait pas de drogue - et d'ailleurs moi je ne bois jamais...

enfoiredepresident.jpgEnfoiré de président

Julien Fournet et Mathieu Sans - 2010

La démocratie, c’est comme le vélo, faut pas en faire bourré. Imaginez Coluche élu à la présidence de la république en 1981. La résistance s'organise autour de Pierre Desproges et Raymond Devos.

note : du n'importe quoi potache et clindoeillesque - amusant pour ceux qui se souviennent des années (politiques) 80...

Machete-2009-10.jpgMachete

Ethan Maniquis et Robert Rodriguez - 2009

Ils ont cru qu'il était un simple ouvrier, un bouc émissaire idéal pour porter le chapeau d'un assassinat politique truqué. Ils ignoraient qu'il s'agissait de Machete, un ancien agent fédéral hors pair, une légende.Le coup monté fait de lui l'homme le plus recherché du pays, mais il va faire appel à Luz, la belle au cœur de révolutionnaire, et au Padre, un prêtre aussi doué pour les bénédictions que dans le maniement des armes à feu. Se frayant un chemin à coups de rafales, de sang et de cœurs brisés, Machete cherche à la fois la vengeance et la rédemption.

note : réalisé sous le haut patronage de tarantino lui-même, donc très très (trop) esthétique, référencé, violent et sexy - mais vu la pauvreté du scénario, ça tourne à vide...

six string samurai

Lance Mungia - 1998

L'URSS a mis fin à la guerre froide par des bombardements nucléaires sur les États-Unis, les réduisant à un désert où traînent quelques radiations. Lost Vegas la dernière cité encore debout est régie par Elvis, dernière autorité connue et King du rock'n'roll. Mais voilà, la radio annonce qu'après des années de règne, le King est mort. Les guitaristes survivants convergent alors tous vers Lost Vegas pour prétendre à la couronne.

note : série b parfaitement r'n'r, classe au point d'être une dystopie et d'avoir été tourné en cachette dans le désert avec des bobines volées - "if you scratch my guitar, i kill you"...

armageddon

Michael Bay - 1998

Un astéroïde de la taille du Texas se dirige vers la Terre à la vitesse de 35000 Km/h. Dan Truman, le directeur de la NASA, n'a qu'une solution : le détruire avant l'impact. Harry Stamper, spécialiste de forage pétrolier, devra se poser sur l'astéroïde avec son équipe de têtes brûlées afin de placer en son cœur une charge nucléaire.

note : plus supportable que deep impact (le concurrent sorti en même temps) car fait avec du 2nd degré (enfin j'espère) et penchant du côté du nanar d'action...

total recall

Paul Verhoeven - 1990

En 2084, Douglas Quaid, un ouvrier tranquille, fait chaque nuit des rêves de la planète Mars. Curieux, il s'offre un voyage virtuel sur Mars qui réveille en lui des souvenirs qu'il ne soupçonnait pas. Il comprend qu'on a tenté de lui effacer sa mémoire, suite à des évènements qui se sont déroulés sur la planète rouge. Il décide de rallier la planète source de ses rêves.

note : au début on croit que c'est bine fichu, mais en fait c'est quand même assez cheap, voire nanardesque une fois sur mars...

invasion los angeles

they live ! - John Carpenter - 1988

L'ouvrier John Nada trouve par hasard un stock de lunettes très spéciales. Elles filtrent le monde pour montrer la véritable réalité : il existe une forme de vie qui manipule l'espèce humaine et occupe les postes les plus élevés de la société. Connaissant maintenant la vérité, il va tenter de renverser cet état de fait en montrant à d'autres personnes la réalité.

note : tout à fait recommandé car il contient une vraie critique de la société de consommation et des médias - mais dans le genre nanar, hein...

the running man

Paul Michael Glaser - 1987

En 2019, une l'émission de télévision consiste à placer un détenu condamné pour une peine grave dans une course contre la montre où il doit participer à un certain nombre de combats pour espérer une remise de peine. Cette fois, le détenu choisi est Ben Richard, surnommé le boucher de Bakerfield, un ancien flic accusé injustement de crimes qu'il n'a pas commis.

note : un nanar certes, mais avec une critique de la téléréalité 15 ans avant qu'elle n'existe - et c'est un remake du bien meilleur le prix du danger avec lanvin et piccoli, svp !...

mad max au-delà du dôme du tonnerre

mad max beyond thunderdome - George Miller & George Ogilvie - 1985

Depuis 20 ans Mad Max erre en solitaire sur une terre ravagée par l'holocauste. Échoué dans la Cité du Troc dirigée par Entity, il refuse d'achever Blaster au terme d'un duel. Il est alors condamné à l'exil dans le désert. Une tribu composée d'enfants le recueille. Ensemble ils retournent vers la cité pour en détruire la centrale.

note : mon dieu mon dieu, quelle déchéance - au moins les premiers étaient un peu écorchés, mais là tout est confit de ridicule...

cherry 2000

Steve de Jarnat - 1985

Sam Treadwell est un homme heureux et comblé jusqu'à ce jour de 2017 où la mécanique de la femme-robot parfaite avec laquelle il vit un amour passionné s'arrête. Sam est désespéré. A l'atelier, il est impossible de la réparer. Cherry 2000 n'est plus fabriquée et il n'existe plus de pièces détachées. Il lui reste un espoir, c'est la zone, un endroit de la ville où il est encore possible de trouver un stock de ce modèle.

note : une série b, certes, mais aussi un nanar, donc pourquoi pas...

flash gordon

Mike Hodges - 1980

Flash Gordon, se retrouve à bord du vaisseau du professeur Zarkov en compagnie de la belle Dale Arden, en partance vers la planète Mongo, dirigée par le tyrannique Ming. Celui-ci projette de détruire la terre et de prendre Dale comme concubine. Flash va devoir se soustraire à l'attention amoureuse que lui porte la sœur de Ming et réunir le les peuples en guerre de la planète Mongo afin de venir en aide à Dale et de sauver la terre.

note : tout de même assez ridicule - les années 80 vont être terribles de toutes façons...

la course à la mort de l'an 2000

death race 2000 - Paul Bartel - 1975

Le champion d'un cross country en voiture très brutal, où les règles permettent de renverser les piétons pour gagner des points, veut tout abandonner lorsque des rivaux le traquent afin de le capturer, alors qu'une conspiration chercher à arrêter définitivement la course.

note : dans les 70s, même dans une série b, on trouve de la politique et des rebelles au gouvernement totalitaire - belle époque...

space is the place

Jim newman - 1974

Sun Ra a quitté la terre pour s'installer sur la planète "Arkestra" où il décide d'installer la communauté noire. Revenu sur terre, il devra d'abord jouer le sort de celle-ci au poker avec un mac, puis tenter de recruter des partants via une agence d'intérim, pour enfin monter un concert pour délivrer son message.

note : du grand n'importe quoi qui peut amuser, mais éprouvant du côté musical (arh, sun ra)...

les voitures qui ont mangé paris

the cars that ate paris - Peter Weir - 1974

Suite à un étrange accident de voiture, Arthur Waldo, est recueilli dans la ville australienne de Paris. Mais dans cette communauté tout tourne autour de l'automobile, et les jeunes de la ville passent leurs journées à bricoler et à conduire des bolides bardés de pointes et de protections. Arthur tente de quitter Paris, mais on l'en empêche. Il comprend que les habitants de cette cité provoquent délibérément des accidents dans la région.

note : une pure série b fauchée...

- page 1 de 2

Haut de page