Mot-clé - pastiche et 2nd degré

Fil des billets

les-rencontres-dapres-minuit.jpgLes rencontres d'après minuit

Yann Gonzales - 2013

Au cœur de la nuit, un jeune couple et leur gouvernante travestie préparent une orgie. Sont attendus La Chienne, La Star, L’Etalon et L’Adolescent.

note : très bien dans son genre théâtral-romantico-trash-surjoué, mais m'a ennuyé quand même - comme quoi...

Thespecialsmovie.jpgThe specials

Craig Mazin - 2000

Une journée dans la vie du légendaire groupe de superhéros, les Specials, à travers les yeux de leur nouveau membre, Nightbird, alors qu'ils s'apprêtent à lancer leur gamme de figurines et que leur chef, The Strobe, découvre que sa femme le trompe avec Weevil.

note : dans le genre parodique le genre superhéros et parodie, on trouvera mieux en farfouillant dans le coin - là c'est à peine pas désagréable...

fargo.jpgFargo

Joel & Ethan Coen - 1996

En plein hiver, Jerry Lundegaard, un vendeur de voitures d'occasion à Minneapolis, a besoin d'un prêt de Wade Gustafson, son riche beau-père. Endetté jusqu'au cou, il fait appel à Carl Showalter et Gaear Grimsrud, deux malfrats, pour qu'ils enlèvent son épouse Jean. Il pourra ainsi partager avec les ravisseurs la rançon que Wade paiera pour la libération de sa fille. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

note : cynique et drôle - comme quoi les coen n'ont pas fait qu'un film bien...

Calamari-Union-1985-1.jpgCalamari Union

Ari Kaurismaki - 1985

Tout commence par une bande de copains. L'un s'appelle Pekka, les treize autres Frank. Ils vivent dans une banlieue sinistre du nord d'Helsinki. Ensemble, ils se lancent dans la traversée de la capitale pour atteindre la mer et un hypothétique petit coin de paradis nommé Eira. Mais la route est semée d'embûches : des vieilles dames aux coudes pointus, des chiens gros comme des vaches, des coiffeurs, des cuisiniers, des directeurs de banque, le froid et la faim, des guérilleros sud-américains.

note : noir, blanc, absurde, limite burlesque - comme on imagine le maître des groland...

les-idoles.jpgLes idoles

Marc'O - 1964

Lors d'une conférence de presse-spectacle censée annoncer leur formation en trio, Gigi la folle, Charlie le surineur et Simon le magicien, stars de la chanson yéyé, racontent leurs parcours : succès programmés et " résistible ascension ", flops, compromissions, obligations, mariages arrangés ; ils dénoncent leurs impressarios et se sabordent en public. Les idoles ont vécu.

note : une belle curiosité d'époque, certes un peu datée, mais pop en diable, et épatante de vision sur les dérives du star system - le tout 10 ans avant pantom of the paradise, alors...

Le-Dernier-pub-avant-la-fin-du-monde-The-World-s-End-2013-1.jpgLe Dernier pub avant la fin du monde

The world's end - Edgar Wright - 2013

A Newton Haven : cinq adolescents au comble de l'âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique mais non finie des pubs de la ville. 20 ans plus tard, Gary convainc ses amis de finir le défi : une nuit, cinq potes, douze pubs, avec un minimum d'une pinte chacun par pub.

note : évidemment potache et pas complètement désagréable, mais ce stepford wifes de l'humour est loin de shaun of the deads - aussi, la barre était haute...

baadassss.jpgBaadasss

Mario Van Peebles - 2003

Mario Van Peebles consacre un docu-fiction à Sweet Sweetback's Baadasssss Song, le film-culte de la culture afro-américaine qui imposa son père Melvin Van Peebles comme un cinéaste de premier plan. Le film retrace la genèse difficile de ce projet radical.

note : vrai film et faux documentaire à l'américaine, la mise en abîme est un plaisir - un film essentiel pour comprendre la portée socio-politique de l'original quand on est un banal homme blanc cisgenre et hétérosexuel...

ed-wood.jpgEd Wood

Tim Burton - 1995

Considéré de son vivant comme le plus mauvais réalisateur de tous les temps, Ed Wood fut l'une des figures les plus originales et marginales d'Hollywood. Ses films réalisés sans argent avec une inspiration délirante font dire à ses milliers d'admirateurs qu'il fut sans doute le premier et le plus inclassable des réalisateurs indépendants.

note : en fait ? rien...

a-dirty-shame.jpgA Dirty Shame

John Waters - 2004

Lorsque Sylvia Stickles, une femme bien sous tous rapports, se cogne la tête lors d'un accident de voiture, c'est la métamorphose. Elle se transforme aussitôt en créature lubrique, au grand dam de son mari Vaughn. En revanche, sa fille, qui dans le plus grand secret se trouve être une danseuse exotique déjà convertie au pouvoir de Ray-Ray, le gourou du sexe local, est plutôt contente. Mais la vérité est ailleurs et seul Ray-Ray la connaît : Sylvia est une envoyée du ciel dont la mission consiste à renforcer le pouvoir du sexe sur le monde.

note : oui, du Z tout à fait regardable genre dynamitons les conventions sociales au millième degré cheap, sur fond de rockabilly - penser à (re)voir du john waters...

L-Aventure-interieure-Innerspace-1987-1.jpgL'Aventure intérieure

Innerspace - Joe Dante - 1987

Le lieutenant Pendleton s'est porté volontaire pour être miniaturisé et injecté dans le corps d'un lapin. Mais la puce permettant de retrouver sa taille normale est volée et Pendleton se retrouvé dans le corps de Putter, un timide employé. Le guidant de l'intérieur il lui donne courage et l'envoie à la recherche de la puce.

note : une gentille comédie d'aventure, qui fonctionne très bien sur les kids - mais joe dante, présenté comme politique et critique, reste toujours en deçà de ce qu'on aurait souhaité...

Dai-Nipponjin-Dai-Nippon-jin-2007-2.jpgBig man Japan

Dai Nippon jin - Hitoshi Matsumoto - 2007

Dans le Japon d’aujourd’hui, Dai Sato mène une vie des plus routinières, tout en  perpétuant la tradition familiale : il doit contribuer à maintenir la paix, car il est le dernier des Big man Japan, sorte de géant (une fois 'électrifié' par le gouvernement) amené à combattre d'improbable créature alien. Mais il n'est pas aimé, voire méprisé par les gens, et de moins en moins de personnes s'intéressent à son travail.

note : euh, volà qui est absolument impossible à qualifier vu de chez nous, entre godzilla cheap sous acide et documentaire sur les relations humaines dans Japon d'aujourd'hui - déroutant, ridicule parfois, mais in fine assez fascinant...

Moonrise-Kingdom-2011-2.jpgMoonrise Kingdom

Wes Anderson - 2011

Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au coeur de l'été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s'enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s'approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

note : désabusement, burlesque mou et grandes envolées, wes est à son top, avec en sus des cadrages tirés au cordeau, une lumière ringarde parfaitement calibrée et des personnages attachants - contre toute attente, un agréable film avec et sur des ados...

coonskin.jpgCoonskin

Ralph Bakshi - 1975

Brother Rabbit, Brother Bear et Preacher Fox sont trois amis d’enfance habitant dans le Sud des Etats-Unis. Tandis que Bear et Fox tentent d’aider Rabbit à s’évader de prison, ils sont pris à partie par un policier blanc. Brother Bear tue ce dernier et prend la fuite avec son compère. De son côté Brother Rabbit attend ses amis en compagnie de son compagnon de cellule qui lui conte l’histoire de trois personnages aux traits animaliers, et qui ressemblent étrangement aux trois "Brothers". Ces trois animaux aux caractères bien distincts cherchent à se faire un nom dans Harlem, et seront prêts à tout pour y arriver malgré des policiers violents, racistes et homophobes, le parrain de la mafia new-yorkaise, une Miss America lubrique et survoltée, ou encore un prédicateur noir obèse, réincarnation autoproclamée du "Black Jesus", à forte tendance nationaliste.

note : outrancier, survolté, crade, vulgaire, violent , politique, irrespectueux, comique, etc. le tout en mélangeant vues filmées et animation - un pur produit des 70s donc, avec ses défauts mais surtout les qualités tant appréciées de l'époque...

Wrong-2011-1.jpgWrong

Quentin Dupieux - 2011

Dolph a perdu son chien, Paul. Le mystérieux Master Chang pourrait en être la cause. Le détective Ronnie, la solution. Emma, la vendeuse de pizza, serait un remède, et son jardinier Victor, une diversion? Ou le contraire. Car Paul est parti, et Dolph a perdu la tête.

note : donc dupieux se spécialise dans l'élégant non-film-comme-je-suis-un-artiste - pourquoi pas, et ça n'est pas totalement désagréable, mais ça tourne pas un peu en rond, arty prétentieux, et finalement chiant ?...

Cloud-Atlas-2012-2.jpgCloud Atlas

Tom Tykwer, Andy Wachowski et Lana Wachowski - 2012

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se "retrouvent" d'une vie à l'autre, naissant et renaissant successivement. Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l'avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffi t à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

note : donc 6 films de genre quasi caricaturaux sur le fond comme la forme, imbriqués les uns dans les autres façon puzzle, pour un gloubi-boulga de 2h45 dont il est difficile de savoir si c'est un chef d’œuvre ou un ramassis de poncifs déjà vus plans par plans - bon déjà, on les regarde sans ennui marqué, ce qui est pas mal (tiens, si c'est ça je mets 250 tags)...

la-famille-tenenbaum.jpgLa Famille Tenenbaum

Royal Tenenbaum - Wes Anderson - 2001

Etheline veut le divorce. Elle ne supporte plus le caractère égoïste de Royal Tenenbaum, son mari. Leurs trois prodigieux enfants excellent dans leurs domaines respectifs : Chas est un brillant homme d'affaires, Margot une dramaturge exceptionnelle et Richie un joueur de tennis hors pair. Mais cette crise familiale a une influence négative sur leur développement personnel. Le père Tenenbaum ment alors à ses enfants en leur annonçant qu'il a un cancer de l'estomac et qu'il ne lui reste plus que six semaines à vivre. Il souhaite se réconcilier avec eux et devenir le père qu'ils n'ont jamais eu. Ils reviennent donc tous vivre ensemble un temps dans la maison familiale.

note : en fait  wes anderson fait des films que j'aimerais bien aimer, mais qui me déçoivent doucement à chaque fois -  il est en réalité du côté obscur du gondrisme, heureusement avec un maniérisme moins tarte et très heureusement ne faisant pas semblant d'être bricolé dans sa cave, donc plus regardable...

Walk-Hard-Walk-Hard-The-Dewey-Cox-Story-2007-1.jpgWalk Hard: The Dewey Cox Story

Jake Kasdan - 2007

Le film retrace l'ascension vers la gloire puis la chute du chanteur - fictif - Dewey Cox, qui a bouleversé des millions de personnes grâce à son œuvre et qui collectionnait les aventures (411 femmes et 3 hommes), puis se maria 3 fois et fut accro à toutes les drogues. L'histoire d'une icône dont le seul amour aura finalement été Darlene, la belle ingénue et sa seconde femme, qui l'a longtemps accompagné sur scène.

note : soyons directs, c'est le rockumenteur le plus drôle depuis spinal tap - et si on a vu en amont le navet walk the line sur johnny cash (dont il s'inspire beaucoup), c'est encore plus amusant...

Iron-Sky-2012-2.jpgIron sky

Timo Vuorensola - 2012

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, Hans Kammler fait un bond dans la recherche sur l'anti-gravité. De leur base secrète en Antarctique, des vaisseaux nazis sont envoyés sur la face cachée de la Lune, où se trouve la base « Soleil Noir » qui prépare secrètement leur retour sur Terre. En 2018, la venue d'une mission d'exploration américaine sera l'occasion de déclencher ce retour.

note : mais ? a-t-on le droit de faire un b movie déconnant sur les nazis, en occultant toute la partie holocauste ? évidemment non, mais c'est très drôle quand même, avec en prime une vision du futur proche qui rappelle assez idiocraty - jouissif (mais mal)...

the-big-lebowski.jpgThe big Lebowski

Joel et Ethan Coen - 1997

Jeff Lebowski, dit le Dude, est un homme de principes. Il boit, fume et joue au bowling avec son pote Walter, c'est tout. Aussi, quand deux truands qui le prennent pour un autre Lebowski, millionnaire celui-ci, le menacent et souillent son tapis, le Dude décide-t-il de demander réparation. C'est là que les ennuis commencent.

note : c'est rare de voir une comédie plusieurs fois sur 15 ans et continuer à rire - rien que pour ça (uniquement pour ça ?) félicitons les coen...

Living_in_oblivion.jpgÇa tourne à Manhattan

Living in oblivion - Tom DiCillo - 1995

Nick Reve tourne un film à petit budget. A la fois gêné et aidé par une équipe maladroite mais bien intentionnée, il va tenter d'aller au bout du tournage, s’accommodant de la susceptibilité de certains, des problèmes de cœur des autres, d'une assistante à la poigne de fer, avec en prime un accessoiriste apprenti scénariste.

note : un gentil et léger film 'indie', esthétiquement daté - mais avec la très charmante catherine keener...

- page 1 de 4

Haut de page