Mot-clé - pinku eiga

Fil des billets

love-and-pop.jpgLove & pop

Hideaki Anno - 1998

Le film raconte l'histoire de quatre amies adolescentes japonaises s'engageant dans le enjo kosai pour gagner de l'argent de poche. Le enjo kosai, signifiant « (faire) connaissance pour aider » ou « sortie pour soutenir » : elles sont payées par des hommes plus âgés pour les accompagner (escort girl) et parfois pour se prostituer.

note : je ne sais pas vraiment, peut-être vain mais on dirait presque un documentaire sur une de ces bizarreries fascinantes de nos cousins japonais - c'est très bizarrement filmé aussi, donc une curiosité...

The-Japanese-Wife-next-door.jpgThe japanese wife next door

Yutaka Ikejima - 2004

Réduit au célibat, Takashi Ichinose accepte la proposition de ses collègues, de participer à une soirée de rencontres. Il y fait la connaissance de Sakura avec qui c'est le coup de foudre intensément charnel et, six mois plus tard, les tourtereaux ont la bague au doigt et habitent chez le père du mari, avec frère et sœur. Sakura, femme au foyer modèle, se révèle être une insatiable nymphomane, et finit par coucher avec toute la famille.

note : moui, un pinku eiga assez trash, si on pousse la blague, c'est un peu le théorème du pauvre du cul - sans plus (il existe un 2, une uchronie où notre héro part avec une autre dame de la soirée - je vais essayer de résister)...

tokyo-x-erotica.jpgTokyo X Erotica

Takahisa Zeze - 2001


1995, Kenji meurt dans l'attentat au gaz sarin du métro de Tokyo. Au cours de son agonie, il repense à son ex-petite amie, Haruka, dont il ignore qu'après leur séparation, elle a commencé à se prostituer, se glissant parfois de nuit dans l'appartement qui abritait naguère leurs amours. Deux ans plus tard, Haruka est assassinée par un client dans un hôtel. Les anciens amants se rejoignent par-delà la mort.

note : ah non, censé être un prolongement de tokyo decadence, et un héritier de qualité des pinku eiga, je n'ai vraiment pas tenu longtemps, malgré fesses et autres appas japonais et de qualité complaisamment exposés - pourquoi ? sans doute parce que (ou en tout cas sans doute)...

secrets-derriere-le-mur.jpgLes secrets derrière le mur

Kabe no naka no himegoto - Koji Wakamatsu - 1965

Japon, années 60. Dans une cité-dortoir environnée de béton, un jeune étudiant introverti épie à la longue-vue ses voisins : une femme au foyer qui trompe son mari avec un ancien militant communiste déçu par l’échec de la révolution, une femme célibataire qui fait délibérément tomber son linge sur le balcon de ses voisins pour nouer contact, sa propre sœur dont il traque les moindres faits et gestes.

note : les obsessions habituelles de wakamatsu (politique, perversions et sexe, pour faire simple) dans le 21ème de ses 106 films, mais cette fois très mou, bien daté et assez chiant - du même, on trouvera bien mieux dans ces pages...

Guilty-of-Romance-Koi-no-tsumi-2011-1.jpgGuilty of romance

Koi no tsumi - Shion Sono - 2011

Izumi est mariée à un célèbre romancier romantique mais leur vie est répétitive sans romance. Un jour, un peu par hasard, elle accepte de poser nue et de mimer une relation sexuelle devant la caméra. Bientôt, elle rencontre un mentor et commence à vendre son corps - mais chez elle, elle reste la femme qu'elle est censée être. Un jour, le corps d'une femme assassinée est retrouvé dans le quartier des "love hotels". La police essaie de comprendre ce qui s'est passé.

note : donc sono arrive par chez nous précédé d'une belle réputation de cinéaste trash moderne et décalé - et certes ça se laisse voir, mais j'ai du mal supporter ce type d'exacerbations à la japonaise, quand le moindre dialogue devient grotesque et surjoué : c'est vite épuisant et on passe à côté...

Perfect_Blue_1997_1.jpgPerfect blue

Satoshi Kon - 1997

En abandonnant sa carrière de chanteuse, Mima a déclenché la colère de l'un de ses fans. Traquée, humiliée, la jeune femme voit bientôt ses proches frappés par des incidents violents. Elle réalise que son existence se confond avec la série télé dans laquelle elle joue. Persécutée, hantée par un double, elle sombre dans la schizophrénie.

note : une histoire de très belle facture assez tordue, très adulte et habilement menée, mais l'animation n'est pas au niveau (surtout comparativement à ce que Kon pouvait faire) - dommage, ç'aurait pu être exceptionnel...

Bete_aveugle_1969.jpgLa bête aveugle

Môjû - Masumura Yasuzo - 1969

Un sculpteur aveugle enlève et séquestre dans son atelier un modèle pour la soumettre à l'empire du toucher et créer à partir de son corps une statue idéale. Comprenant après plusieurs vaines tentatives qu'elle ne pourra fuir ce cauchemar, la victime est peu à peu attendrie et envoûtée par son bourreau.

note : après un début assez japoniaiso-cucul façon peinku eiga, ce huis-clos (trois acteurs, point) part en vrille dans une spirale sm assez raide, et crée une belle tension in fine - et le décor de l'atelier est particulièrement kitcho-barré...

sex-jack.jpgSex Jack

Seikozu - Koji Wakamatsu - 1971

Obligés de fuir après la destruction de leur bureau clandestin, un groupe d'étudiants gauchistes rencontre dans la rue un jeune terroriste recherché par la police. Ce dernier les héberge dans son appartement, mais ne cesse de critiquer leur attitude : il ne supporte pas de les voir passer leur temps à forniquer. Il s'en prend même au leader du groupe l'accusant d'avoir trahi ses camarades. Mais cette rage a une origine. Un malaise profond ronge le jeune homme : son impuissance à passer à l'acte

note : Wakamatsu tournait à l'époque jusqu'à 3 trois films (légèrement) érotiques par an et en détournait certains en films socio-politiques gauchisants - la classe, et encore plus récemment avec United Red Army...

La-Femme-aux-seins-perces-Chikubi-ni-piasu-o-shita-onna-1983-1.jpgLa Femme aux seins percés

Chikubi ni piasu o shita onna - Shôgorô Nishimura - 1983

Une midinette en mal d'amour finit par accepter un rendez-vous avec un inconnu qui lui fait porter des fleurs chaque jour. Charmée par son physique de play-boy, elle s'installe chez lui et se soumet à ses fantaisies sexuelles sans prêter la moindre attention au curieux langage qu'il lui tient. Pourtant, les mots qu'il lui chuchote à l'oreille sont autant de tendres morsures qui insinuent lentement en elle le venin de la soumission.

note : esthétique et curieux - la soumission est progressive et tend vers un bar qui vaut le détour...

Va--va--vierge-pour-la-deuxieme-fois-12.jpgVa Va vierge pour la deuxième fois

Yuke yuke nidome no shojo - Koji Wakamatsu - 1969

Une fille est violée sur le toit d'un immeuble par une bande de voyous. Un jeune homme assiste à la scène sans y prendre part. Le lendemain, la victime du viol sympathise avec le jeune homme. Ils se rendent alors compte que tous deux ont une vie misérable et partagent l'envie d'en finir avec celle-ci.

note : n'est pas godard qui veut (sans que j'en sois un exégète, hein), mais tout de même un côté nouvelle vague pas désagréable - ou si je dis n'importe quoi ?...

Extase-des-anges-Tenshi-no-kokotsu-1972-1.jpgL'Extase des anges

Tenshi no kôkotsu - Koji Wakamatsu - 1972

Une action violente ayant tué la plupart des membres, une faction armée d'un groupe révolutionnaire puissant dont il ne reste que quelques têtes dont le chef, est victime d'un conflit interne. Considérée comme perdue par le groupe révolutionnaire, les bénéfices de cette action sont récupérés par une autre faction bien active. Les victimes sont laissées à leur sort, et arrivent à comprendre que cette révolution voulue par le groupe est une illusion. Ils décident alors de se lancer dans des attentats individuels, reniant fermement les valeurs des révolutionnaires.

note : assez curieux, voir étonnant - théoriquement un pinku eiga, mais en fait clairement bien plus politique avec de longues digression sur le sens du mouvement, comme dans Ice (et voir aussi l'épatant united red army, du même wakamatsu)...

Graine-de-prostituee-Showa-onnamichi-Rashomon-1972-1.jpgGraine de prostituée

Showa onnamichi: Rashomon - Chûsei Sone - 1972

Todo est le garde du corps d'un politicien influent dans le japon de l'avant-guerre. Son maître, despotique et pervers, oblige Shino, la prostituée fiancée à Todo, à devenir sa maitresse. Elle va lui donner des faux jumeaux. Le maître garde le garçon pour en faire son héritier, et répudie Shino et sa fille. Vingt ans plus tard, devenue prostituée comme sa mère, la fille tombe amoureuse d'un client qui n'est autre que son frère jumeau.

note : finalement assez prude et plutôt ennuyeux...

Haut de page