Mot-clé - politique

Fil des billets

following-sean-.jpgFollowing Sean

Ralph Arlyck - 2004

En 1969 à San Francisco, dans un célèbre court métrage, un petit garçon de 4 ans, Sean, assis pieds nus sur un canapé, parle de fumer de l'herbe, d'habiter avec des accros aux amphets, et de flics qui "cassent des têtes". Trente ans plus tard, le réalisateur retrouve ce gamin, ses parents libertaires et sa mamie communiste. Mais les choses ne tournent jamais comme on le pense.

note : un docu qui met en perspective les 70s de façon inattendue et sympathique...

lesraisinsdelacolere.jpgLes Raisins de la colère

The Grapes of Wrath - John Ford - 1947

Un jeune homme rentre à la ferme familiale en Oklahoma, après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour homicide involontaire. La Grande Dépression sévit alors et comme beaucoup d’autres fermiers, sa famille est chassée de son exploitation. Ensemble, ils partent à travers le pays dans l’espoir de trouver, un jour, du travail en Californie. C’est le début d’un périple éprouvant, de camps de réfugiés en bidonvilles de fortunes, dans une Amérique en proie à la misère et à l’oppression.

note : expressionniste et beau, à la fois bizarrement hors-sol et documentaire - et surtout curieusement communisant pour un film fondateur du ciné US...

No-2012-1.jpgNo

Pablo Larraín - 2012

Chili, 1988. Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale, consent à organiser un référendum sur sa présidence, les dirigeants de l'opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, de concevoir leur campagne. Avec peu de moyens mais des méthodes innovantes, Saavedra et son équipe construisent un plan audacieux pour libérer le pays de l'oppression, malgré la surveillance constante des hommes de Pinochet.

note : habile, drôle et politique, donne à voir un peuple qui ose renverser pacifiquement un dictateur - mais aussi parfaitement désespérant sur l'impact du marketing politique pur (et creux)...

greetings.jpgGreetings

Brian de Palma - 1968

En pleine guerre du Vietnam, Paul, Lloyd et Jan essayent d'échapper, comme de nombreux jeunes hommes de leur génération, à la conscription. Ils échafaudent divers plans mais Paul, le premier à passer devant la commission militaire, n'y échappe pas. En attendant d'être appelé, il se lance dans une série de rencontres avec des inconnues. De son côté, Lloyd se passionne pour l'affaire Kennedy et accumule les preuves qui démontreraient qu’il y a eu complot. Quant à Jan, il s'adonne à sa passion pour le voyeurisme, transformant cette obsession maladive en installation artistique.

note : drôle, engagé, politique, expérimental - comme quoi de palma peut être très bon...

Carlos-trois-parties-2009-1.jpgCarlos (1, 2 & 3)

Olivier Assayas - 2009

Première partie - Ilich Ramírez Sánchez, exécute à Londres une série d'attentats, s'installe à Paris pour le compte du FPLP, coordonne plusieurs opérations, mais est rattrapé par des agents français de la DST. Il abat trois policiers et rejoint le FPLP au Yémen du Sud.

Seconde partie - Avec des gauchistes des Cellules révolutionnaires allemandes, et des militants palestiniens, Carlos prend le contrôle du bâtiment de l'OPEP, retenant en otages les ministres et les délégations qui les accompagnent. Mais en libérant les ministres à l'aéroport d'Alger en échange d'une importante rançon il faillit à la mission que lui a confiée Haddad, romps avec le FPLP et monte son propre groupe.

Troisème partie - Le groupe de Carlos, installé à Budapest et protégé par la Syrie, établit des liens avec différents clients intéressés par leur savoir-faire particulier. Mais après la chute du mur de Berlin, il perd plusieurs de ses commanditaires et est traqué par les services secrets de plusieurs pays. Il est capturé et ramené à Paris où il devra répondre de ses crimes qu'en France on n'a pas oubliés.

note : même si carlos lui-même a réfuté les films, tout semble documenté, et c'est un beau document sur ces années-là - cosmopolites, violentes et révolutionnaires...

L-Ultimatum-des-trois-mercenaires-Twilight-s-Last-Gleaming-1976-1.jpgL'Ultimatum des trois mercenaires

Twilight's Last Gleaming - Robert Aldrich - 1976

Des évadés de prison s'infiltrent dans une base militaire du Montana, afin de prendre le contrôle de neuf missiles nucléaires. Leur meneur, Lawrence Dell, est un ancien général de l'US Air Force condamné pour meurtre. Une fois dans dans le silo, Dell contacte l'état-major et impose ses conditions : de l'argent ainsi qu'une extradition à bord d'Air Force One. Mais surtout, il ordonne au Président de révéler un document confidentiel sur l'intervention américaine au Vietnam. En cas de refus, les fusées nucléaires seront lancées.

note : donne une impression de série b banale malgré un bon fond visant à dénoncer la guerre du viet-nam - et la dangerosité du nucléaire...

les-damnes.jpgLes damnés

La Caduta degli dei - Luchino Visconti - 1969

1933. Pour prendre définitivement le pouvoir, Hitler cherche l'appui politique et financier des grands industriels de la Ruhr. Certains lui sont déjà acquis mais d'autres hésitent, comme la famille Von Essenbech, propriétaire d'acieries.

note : évidemment très bonne critique socio-historique, mais long et plat malgré la violence des actes - et qui saura m'expliquer pourquoi tous les nazis des films 'intelligents' devraient avoir des tendances sm-gay ? (et d'où les allemands parlent anglais dans la vie de tous les jours ?)

Apres-mai-2011-1.jpgAprès Mai

Olivier Assayas - 2011

Région parisienne, début des années 1970. Jeune lycéen, Gilles est pris dans l'effervescence politique et créatrice de son temps. Comme ses camarades, il est tiraillé entre un engagement radical et des aspirations plus personnelles. De rencontres amoureuses en découvertes artistiques, qui les conduiront en Italie, puis jusqu'à Londres, Gilles et ses amis devront faire des choix décisifs pour trouver leur place dans une époque tumultueuse.

note : propre, appliqué, tout semble assez juste (et/car vécu parait-il) mais sonne plutôt creux et affecté - mais si on pense à aujourd'hui, c'est triste d'avoir le sentiement que pour les jeunes, l'utopie est juste un sujet de cinéma...

l-etoffe-des-heros.jpgL'étoffe des héros

The right stuff - Philip Kaufman - 1984

En 1947, Chuck Yeager, pilote américain franchit pour la première fois le mur du son. En 1961, c'est un russe, Gagarine qui, le premier, vole en orbite. Pour relever ce défi, les américains recrutent leurs futurs astronautes parmi les pilotes de l'armée. Commence alors la course dans l'espace entre les Russes et les Américains.

note : cowboys don't fail - un hymne univoque à la gloire de conquérants de l'ouest du ciel...

Le-Convoi-de-la-peur-Sorcerer-1977-2.jpgLe Convoi de la peur

Sorcerer - William Friedkin - 1977

Un groupe de proscrits n'a d'autre choix que de travailler dans une opération de forage de pétrole en Afrique du Sud. Mais un incendie se déclenche et devient vite incontrôlable. Seule solution : amener de la dynamite pour souffler le feu.

note : très bon début internationalo-politico-70s, et très beau rendu moite de la jongle à suivre, dommage que le suspense du transport soit plus convenu - évidemment un remake du salaire de la peur...

Mr--Smith-au-senat-Mr--Smith-Goes-to-Washington-1939-1.jpgMr. Smith au sénat

Mr. Smith Goes to Washington - Franck Capra - 1939

Jefferson Smith, jeune politicien naïf et idéaliste, est élu sénateur aux côtés de Joseph Paine politicien rompu à toutes les combines politiques. Smith découvre les non-dits, les corruptions et les compromissions des hommes politiques, et refuse de rester un homme de paille.

note : superbement optimiste et sympathique - et désuet, certes...

bullworth.jpgBullworth

Warren Beatty - 2000

En proie à une dépression nerveuse au cours des élections primaires, le sénateur Jay Bulworth organise son assassinat avec un tueur à gages. Mais, se sachant mourir, il se découvre un avantage énorme : la liberté de dire enfin la vérité. Et sa rencontre avec Nina lui redonne soudainement goût à la vie. Il lui faut annuler le contrat passé.

note : ah les 20 premières minutes sont jouissives, avec le grand capitaliste qui vire quasi trotsko - puis il ne parle plus qu'en rappant de façon semi-pataude, et on sombre dans le gag allant du potache gênant au ridicule accompli, et je ne l'ai même pas fini...

solo.jpgSolo

Jean-Pierre Mocky - 1969

Lors de ses voyages, Vincent Cabral, un violoniste, livre des bijoux voles à des receleurs. Virgile, son frère, appartient à un groupe d'anarchistes qui veut bannir les bourgeois et assassiner plusieurs personnes. Découvrant la vérité, Vincent tente de retrouver Virgile et est à son tour traqué par la police.

note : un bon film à fond socio-politique typique de son époque, mais clairement post-68, lucide et mélancolique, auquel on s'attache - le tout très cheap, on est chez mocky...

coonskin.jpgCoonskin

Ralph Bakshi - 1975

Brother Rabbit, Brother Bear et Preacher Fox sont trois amis d’enfance habitant dans le Sud des Etats-Unis. Tandis que Bear et Fox tentent d’aider Rabbit à s’évader de prison, ils sont pris à partie par un policier blanc. Brother Bear tue ce dernier et prend la fuite avec son compère. De son côté Brother Rabbit attend ses amis en compagnie de son compagnon de cellule qui lui conte l’histoire de trois personnages aux traits animaliers, et qui ressemblent étrangement aux trois "Brothers". Ces trois animaux aux caractères bien distincts cherchent à se faire un nom dans Harlem, et seront prêts à tout pour y arriver malgré des policiers violents, racistes et homophobes, le parrain de la mafia new-yorkaise, une Miss America lubrique et survoltée, ou encore un prédicateur noir obèse, réincarnation autoproclamée du "Black Jesus", à forte tendance nationaliste.

note : outrancier, survolté, crade, vulgaire, violent , politique, irrespectueux, comique, etc. le tout en mélangeant vues filmées et animation - un pur produit des 70s donc, avec ses défauts mais surtout les qualités tant appréciées de l'époque...

Good-bye-Lenin-Goodbye-Lenin-2002-1.jpgGood bye Lenin !

Wolfgang Becker - 2002

Alex, 21 ans, jeune berlinois de l'Est, apprend la chute du Mur, alors que sa mère est dans le coma à la suite d'un infarctus qui l'a terrassée alors qu'elle traversait la ville en plein bouleversement, sans en connaître la raison. Elle a toujours été quelqu'un d'actif, participant avec enthousiasme à l'animation d'une chorale communiste.La ville se transforme, les voitures occidentales sillonnent les rues, les publicités envahissent les murs, et au bout de huit mois, elle ouvre les yeux dans une ville qu'elle ne peut plus reconnaître. Alex veut absolument lui éviter un choc brutal que son cœur affaibli ne pourrait supporter.

note : mou, romantique, et östalgique pour de mauvaises raisons - allez on retourne chez barbara...

Barbara-2012-1.jpgBarbara

Christian Petzold - 2012

Eté 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l'Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part, tandis que son amant Jörg, qui vit à l'Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l'attention que lui porte André, le médecin-chef de l'hôpital. La confiance professionnelle qu'il lui accorde, ses attentions, son sourire... Est-il amoureux d'elle ? Est-il chargé de l'espionner ?

note : on pourrait craindre un mélo, mais non, petzold a biberonné à l'école allemande sèche et élégante - et sur cette période historique, c'est un film autrement intéressant que le gentillet goodbye lenin ou l'appliqué la vie des autres...

Cogan-Killing-Them-Softly-Killing-Them-Softly-2012-1.jpgCogan - Killing them softly

Killing them softly - Andrew Dominik - 2012

Lorsqu'une partie de poker illégale est braquée, c'est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan va avoir du mal à garder le contrôle d'une situation qui dégénère.

note : une sorte de sous-tarentino mou avec un faux fond politique - et un festival faux raccords...

La-Taupe-Tinker-Tailor-Soldier-Spy-2011-2.jpgLa Taupe

Tinker Tailor Soldier Spy - Thomas Alfredson - 2011

1973. La guerre froide empoisonne toujours les relations internationales. Les services secrets britanniques sont, comme ceux des autres pays, en alerte maximum. Suite à une mission ratée en Hongrie, le patron du MI6 se retrouve sur la touche avec son fidèle lieutenant, George Smiley. Pourtant, Smiley est bientôt secrètement réengagé sur l'injonction du gouvernement, qui craint que le service n'ait été infiltré par un agent double soviétique. Epaulé par le jeune agent Peter Guillam, Smiley tente de débusquer la taupe, mais il est bientôt rattrapé par ses anciens liens avec une redoutable espionne russe, Karla.

note : certainement un très bon, quoique long, film d'espionnage tortueux façon guerre froide, comme à la grande époque - après, moi c'est pas mon grand kif, donc qui serais-je pour en parler plus avant ?...

Cloud-Atlas-2012-2.jpgCloud Atlas

Tom Tykwer, Andy Wachowski et Lana Wachowski - 2012

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se "retrouvent" d'une vie à l'autre, naissant et renaissant successivement. Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l'avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffi t à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

note : donc 6 films de genre quasi caricaturaux sur le fond comme la forme, imbriqués les uns dans les autres façon puzzle, pour un gloubi-boulga de 2h45 dont il est difficile de savoir si c'est un chef d’œuvre ou un ramassis de poncifs déjà vus plans par plans - bon déjà, on les regarde sans ennui marqué, ce qui est pas mal (tiens, si c'est ça je mets 250 tags)...

el_che_ernesto_guevara_enquete_sur_un_homme_de_legende.jpgErnesto Guevara, enquête sur un homme de légende

Maurice Dugowson -1997

Trente ans après la mort d'Ernesto Che Guevara, Maurice Dugowson est parti sur les traces de ce révolutionnaire qui devait devenir un véritable mythe pour toute une génération.

note : évidemment, c'est pas là qu'on va aller chercher une critique acerbe de celui qu'on a pu surnommer 'le boucher' - c'est un beau portrait d'un personnage forcément fascinant, qui n'est pas non plus montré que comme un surhomme parfait...

- page 1 de 5

Haut de page