Mot-clé - seul contre tous

Fil des billets

the-zero-theorem.jpgZero Theorem

The zero theorem - Terry Gilliam - 2014

Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes.

note : imitation pâle et redondante de brazil - too bad terry...

Old_boy_2003_2.jpgOld boy

Park Chan-wook - 2003

Oh Dae-soo, marié et père de famille, est kidnappé, sans raison apparente. Il se retrouve dans une cellule privée, emprisonné pour une durée indéterminée. Son seul lien avec l'extérieur est une télévision par laquelle il apprend le meurtre brutal de sa femme, dont il est le suspect n°1. Le désespoir de Oh Dae-soo laisse rapidement place à une rage intérieure qui lui permet de survivre, jurant de se venger un jour de celui qui lui inflige un tel châtiment. 15 ans plus tard, il est relâché de façon aussi inattendue que lors de son emprisonnement.

note : costumes, bizarreries, ultra-violence, malignité, c'est bien un tarentino coréen, mais l'humour ricain a cédé place au burlesque asiat' - bon...

JFK_1991_1.jpgJFK

Oliver Stone - 1991

Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy était assassiné à Dallas. Le suspect, Lee Harvey Oswald, fut abattu après avoir toujours nié sa responsabilité. Un scénario rassurant fut délivré à la population, mais certains, comme le District Attorney Jim Garrison, s'employèrent à remonter les pistes négligées ou occultées.

note : on sait l'importance de l'histoire et de ses zones d'ombres pour les ricains et la reconstitution n'est pas mal - mais les parties vie de famille et la grandiloquence sont in fine épuisantes et assez pathétiques...

Total-Recall-Memoires-programmees-Total-Recall-2012-1.jpgTotal Recall - Mémoires programmées

Total Recall - Len Wiseman - 2012

Modeste ouvrier, Douglas Quaid rêve de s'évader de sa vie frustrante. L'implantation de souvenirs que propose la société Rekall lui paraît l'échappatoire idéale. S'offrir des souvenirs d'agent secret serait parfait. Mais lorsque la procédure d'implantation tourne mal, Quaid se retrouve traqué par la police. Il ne peut plus faire confiance à personne, sauf peut-être à une inconnue qui travaille pour une mystérieuse résistance clandestine.

note : ridicule remake propre lisse de l'original, pompé visuellement une fois de plus sur blade runner, et vidé de toute substance politique satirique ou ludique - à l'image de la société donc...

Repo-Man-2007-1.jpgRepo Men

Miguel Sapochnik - 2009

Dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l'aide d'organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L'Union. Le sombre pendant de cette percée scientifique : lorsque les "greffés" ne sont plus à même d'honorer les échéances de leur crédit, L'Union envoie ses agents spécialisés, les Repo Men, pour reprendre la marchandise, sans se préoccuper du confort ou de la survie de leurs clients insolvables.

note : un patchwork de films déjà vus, entre brazil et blade runner - et en plus avec cette ennuyeuse esthétique gore&propre contemporaine...

Le-Dernier-pub-avant-la-fin-du-monde-The-World-s-End-2013-1.jpgLe Dernier pub avant la fin du monde

The world's end - Edgar Wright - 2013

A Newton Haven : cinq adolescents au comble de l'âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique mais non finie des pubs de la ville. 20 ans plus tard, Gary convainc ses amis de finir le défi : une nuit, cinq potes, douze pubs, avec un minimum d'une pinte chacun par pub.

note : évidemment potache et pas complètement désagréable, mais ce stepford wifes de l'humour est loin de shaun of the deads - aussi, la barre était haute...

Carlos-trois-parties-2009-1.jpgCarlos (1, 2 & 3)

Olivier Assayas - 2009

Première partie - Ilich Ramírez Sánchez, exécute à Londres une série d'attentats, s'installe à Paris pour le compte du FPLP, coordonne plusieurs opérations, mais est rattrapé par des agents français de la DST. Il abat trois policiers et rejoint le FPLP au Yémen du Sud.

Seconde partie - Avec des gauchistes des Cellules révolutionnaires allemandes, et des militants palestiniens, Carlos prend le contrôle du bâtiment de l'OPEP, retenant en otages les ministres et les délégations qui les accompagnent. Mais en libérant les ministres à l'aéroport d'Alger en échange d'une importante rançon il faillit à la mission que lui a confiée Haddad, romps avec le FPLP et monte son propre groupe.

Troisème partie - Le groupe de Carlos, installé à Budapest et protégé par la Syrie, établit des liens avec différents clients intéressés par leur savoir-faire particulier. Mais après la chute du mur de Berlin, il perd plusieurs de ses commanditaires et est traqué par les services secrets de plusieurs pays. Il est capturé et ramené à Paris où il devra répondre de ses crimes qu'en France on n'a pas oubliés.

note : même si carlos lui-même a réfuté les films, tout semble documenté, et c'est un beau document sur ces années-là - cosmopolites, violentes et révolutionnaires...

L-Ultimatum-des-trois-mercenaires-Twilight-s-Last-Gleaming-1976-1.jpgL'Ultimatum des trois mercenaires

Twilight's Last Gleaming - Robert Aldrich - 1976

Des évadés de prison s'infiltrent dans une base militaire du Montana, afin de prendre le contrôle de neuf missiles nucléaires. Leur meneur, Lawrence Dell, est un ancien général de l'US Air Force condamné pour meurtre. Une fois dans dans le silo, Dell contacte l'état-major et impose ses conditions : de l'argent ainsi qu'une extradition à bord d'Air Force One. Mais surtout, il ordonne au Président de révéler un document confidentiel sur l'intervention américaine au Vietnam. En cas de refus, les fusées nucléaires seront lancées.

note : donne une impression de série b banale malgré un bon fond visant à dénoncer la guerre du viet-nam - et la dangerosité du nucléaire...

Aviator_2003_6.jpgAviator

The aviator - Martin Scorcese - 2003

Héritier d'une des plus grandes fortunes du Texas, Howard Hughes rompt avec sa famille pour réaliser le premier de ses rêves, devenir producteur, et obtient le succès avec son premier film, Hell's Angels. Mais un autre rêve le poursuit depuis l'enfance : être le plus grand pilote de son temps. Menant de front sa tumultueuse carrière cinématographique, la gestion de ses entreprises et d'innombrables conquêtes amoureuses, Devenu à son corps défendant le héros de l'Amérique, l'excentrique milliardaire rachète la compagnie TWA pour créer sa propre ligne transatlantique et se lance dans la construction du plus grand hydravion de tous les temps – un monstre baptisé "Hercule".

note : plat, lisse, linéaire, voire appliqué - loin, très loin de raging bull...

Dallas-Buyers-Club-2013-2.jpgDallas Buyers Club

Jean-Marc Vallée - 2013

1986, Dallas, Texas : Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c'est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l'impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d'autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s'engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C'est son combat pour une nouvelle cause, et pour sa propre vie.

note : d'après une histoire vraie, un film sec et pas larmoyant porté par deux acteurs fascinants d'intensité - et sur un sujet dont on ne peut pas dire qu'il innonde les productions mondiales...

la-poursuite-impitoyable.jpgLa poursuite impitoyable

The chase - Arthur Penn - 1966

Bobby Reeves s’évade de prison quelques mois avant sa libération. Tentant de rejoindre le Mexique en train, il se trompe de direction et se retrouve précisément dans la ville dont il est originaire, au Texas. Plusieurs personnes cherchent à le retrouver, pour des raisons distinctes : sa femme Anna et Jake, l’amant de cette dernière (et ami d’enfance de Bobby) ; Val Rodgers, propriétaire richissime et père de Jake, qui pense que l’évadé va vouloir se venger de son fils ; plusieurs hommes armés qui s’érigent en justiciers locaux ; et enfin le shériff Calder qui souhaite arrêter Bobby pour le protéger du pire.

note : évidemment un peu daté, mais très noir, particulièrement pessimiste et assez 'réaliste', ce qui m'a évidemment parlé, contrairement à son bonnie & clyde théâtral réalisé juste ensuite - et puis il y a janice rule en milf éméchée et indomptable, alors...

I-m-Still-Here-2010-2.jpgI'm still here

Casey Affleck - 2011

Peu de temps après avoir terminé le tournage de Two Lovers de James Gray, l'acteur Joaquin Phoenix annonce aux médias vouloir arrêter sa carrière pour se consacrer à la musique. Sous la caméra de son beau frère Casey Affleck, il tente d'expliquer ses raisons et commence peu à peu sa métamorphose en chanteur de hip hop, donnant sur deux années de tournage l'image d'une descente aux enfers radicale.

note : on sait maintenant que cette métamorphose était prétexte à un film décalé et total, d'où mon intérêt a priori pour l'expérience - mais en fait je n'y ai vu qu'un grand creux vain...

Carlos-2010-1.jpgCarlos

Olivier Assayas - 2010

A la fois figure de l'extrême gauche et mercenaire opportuniste à la solde des services secrets de puissances du Moyen-Orient, Carlos a constitué sa propre organisation, de l'autre côté du rideau de fer, durant les dernières années de la guerre froide. L'histoire d'un révolutionnaire internationaliste, manipulateur et manipulé, porté par les flux de l'histoire de son époque et de ses dérives. Nous le suivrons jusqu'au Soudan, où la dictature islamiste, après l'avoir un temps couvert, le livre à la police française.

note : intéressant, bien fait, belle prestation actor's studio du héro, mais paradoxalement lisse et plat - à confirmer avec la mini série dont il est le raccourci...

transperceneige.jpgSnowpiercer - Le transperceneige

Snowpiercer - Bong Joon-ho - 2013

En 2014, une tentative de géo-ingénierie contre le réchauffement climatique entraîne un cataclysme : une glaciation de toute la planète, détruisant la vie et exterminant presque toute l'humanité. En 2031, des passagers enfermés dans un train forcé à rouler continuellement sont les seuls survivants sur Terre. Les habitants des derniers wagons, contraints de vivre dans la promiscuité et le rationnement, se révoltent.

note : moralement dark, visuellement trash, et asiatiquement burlesque - une très bonne dystopie donc...

Elysium-2013-1.jpgElysium

Neill Blomkamp - 2013

En 2154, il existe deux catégories de personnes : les très riches qui vivent sur la parfaite station spatiale Elysium, et les autres, qui vivent sur la Terre surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d'échapper aux crimes et à la pauvreté endémiques. Alors que la vie de Max ne tient plus qu'à un fil, il hésite à prendre part à une mission des plus dangereuses : aller à Elysium et s'élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées. S'il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.

note : blockbuster cousu de câble blanc, très bien fait mais qui laisse un peu de marbre - fox avait un peu abusé en criant au scandale crypto-communiste...

raging-bull.jpgRaging bull

Martin Scorcese - 1980

La vie de Jake La Motta, boxeur qui devient Champion du Monde des poids moyens en 1949, en battant Marcel Cerdan. Mais malgré cette situation enviable, il change et se montre jaloux et méfiant envers son entourage. Quand en 1954 il renonce à boxer, il est seul et entame une longue déchéance dans l'alcool.

note : eh bien voilà enfin le film qui me fait comprendre pourquoi scorcese est considéré comme un géant - même si j'ai peu apprécié le classique triptyque ascension/déchéance/rédemption (en même temps, c’est une histoire vraie, donc bon), les traitements visuel et sonore du films sont exceptionnels de puissance et d'esthétique...

Babylon-A-D--2007-1.jpgBabylon A.D.

Mathieu Kassovitz - 2008

Toorop a mené bien des combats et survécu aux guerres qui ont ravagé le monde depuis le début du XXIème siècle. La mafia qui règne sur l'Europe de l'Est confie une mission délicate à ce mercenaire : convoyer de Russie jusqu'à New York une mystérieuse jeune fille prénommée Aurora pour la remettre aux mains d'un ordre religieux tout puissant.

note : pas de bol je venais de relire le livre (boursoufflé mais quand même quelque chose) de dantec, et le film reprend à peine la 4ème du roman, et seulement dans le 3ème tiers - avant, c'est presque aussi mal que rollerball 2...

l-arme-fatale.jpgL'arme fatale

Lethal Weapon - Richard Donner - 1987

Roger Murtaugh, policier noir proche de la retraite et père de famille, se voit adjoindre comme coéquipier Martin Riggs dit L'arme fatale, policier exemplaire qui joue au trompe-la-mort depuis le décès de sa femme, et qui l'entraîne dans le démantèlement d'un réseau de trafiquants. En retour, ces derniers kidnappent la fille de Roger.

note : bé je l'avais pas vu, et voilà que je suis déçu du bien qu'on en dit - finalement c'est juste un concours de bite entre deux cowboys réacs, des flics qui tuent d'abord et pensent ensuite, et ne sont même pas drôles....

Dai-Nipponjin-Dai-Nippon-jin-2007-2.jpgBig man Japan

Dai Nippon jin - Hitoshi Matsumoto - 2007

Dans le Japon d’aujourd’hui, Dai Sato mène une vie des plus routinières, tout en  perpétuant la tradition familiale : il doit contribuer à maintenir la paix, car il est le dernier des Big man Japan, sorte de géant (une fois 'électrifié' par le gouvernement) amené à combattre d'improbable créature alien. Mais il n'est pas aimé, voire méprisé par les gens, et de moins en moins de personnes s'intéressent à son travail.

note : euh, volà qui est absolument impossible à qualifier vu de chez nous, entre godzilla cheap sous acide et documentaire sur les relations humaines dans Japon d'aujourd'hui - déroutant, ridicule parfois, mais in fine assez fascinant...

Moonrise-Kingdom-2011-2.jpgMoonrise Kingdom

Wes Anderson - 2011

Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au coeur de l'été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s'enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s'approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

note : désabusement, burlesque mou et grandes envolées, wes est à son top, avec en sus des cadrages tirés au cordeau, une lumière ringarde parfaitement calibrée et des personnages attachants - contre toute attente, un agréable film avec et sur des ados...

- page 1 de 4

Haut de page