Mot-clé - trash

Fil des billets

a-touch-of-sin.jpgA Touch of Sin

Zhang-ke Jia - 2013

Dahai, mineur exaspéré par la corruption des dirigeants de son village, décide de passer à l’action. San’er, un travailleur migrant, découvre les infinies possibilités offertes par son arme à feu. Xiaoyu, hôtesse d’accueil dans un sauna, est poussée à bout par le harcèlement d’un riche client. Xiaohui passe d’un travail à un autre dans des conditions de plus en plus dégradantes. Quatre personnages, quatre provinces, un seul et même reflet de la Chine contemporaine : celui d’une société au développement économique brutal peu à peu gangrenée par la violence.

note : Zhang-ke Jia, donc comme toujours très beau et qui laisse en même temps sur la faim - mais d'une dureté qui en fait mon préféré à ce jour...

trainspotting.jpgTrainspotting

Danny Boyle - 1996

Les aventures tragi-comiques de Mark Renton, junkie d'Edimbourg, qui va tenter de se séparer de sa bande de copains, losers, menteurs, psychopathes et voleurs, et de décrocher de la drogue pour rentrer dans le rang.

note : bizarrement un poil désuet, mais quand même très bien fait, et avec de vrais morceaux d'humour et de critique sociale dedans - ce qui n'empêche ni le succès, ni l'absence de révolte à suivre, donc (appelons-ça le syndrôme fight club)...

fargo.jpgFargo

Joel & Ethan Coen - 1996

En plein hiver, Jerry Lundegaard, un vendeur de voitures d'occasion à Minneapolis, a besoin d'un prêt de Wade Gustafson, son riche beau-père. Endetté jusqu'au cou, il fait appel à Carl Showalter et Gaear Grimsrud, deux malfrats, pour qu'ils enlèvent son épouse Jean. Il pourra ainsi partager avec les ravisseurs la rançon que Wade paiera pour la libération de sa fille. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

note : cynique et drôle - comme quoi les coen n'ont pas fait qu'un film bien...

new-york-underground.jpgNew York Underground Collection

Richard Kern (avec Lydia Lunch) - 80s

Une série de court métrages marqués par la violence, le sexe, un côté sombre et cru, dit « cinéma de la transgression » (la transgression de toutes les règles de l’art et du monde comme seul préalable à la libération des individus). Cette compilation regroupe 13 films réalisés entre 1984 et 1993.

note : du sexe des bites des armes du trash des vidéos basses définition - sans doute chouette et provoquant, mais il y a 30 ans...

irreversible.jpgIrréversible

Gaspar Noé - 2002

Une jeune femme, Alex, se fait violer par un inconnu dans un tunnel. Son compagnon Marcus et son ex-petit ami Pierre décident de faire justice eux-mêmes.

note : qu'ajouter au bruit sur ce film ? que le début est irregardable tellement la caméra tournoie sans but ni raison (si c'est pour nous dire le désarroi, merci bien), à tel point que le premier plan séquence fixe est un soulagement - enfin sauf que c'est la fameuse séquence du viol, mince... enfin ne nions pas l'extrême habileté du film, ni la deuxième partie, agréablement improvisée et vive (par contraste sans doute, mais pas que).

A-Hole-in-My-Heart-Hal-i-mitt-hjarta-Ett-2004-1.jpgA hole in my heart

Hål i mitt hjärta, Ett - Lukas Moodysson - 2004

Eric, 20 ans, tendance gothique renfermé, handicapé physique, vit seul avec son père. Il repense souvent à sa mère décédée dans un accident de voiture. Rickard, le père, se met en scène dans des ébats pornographiques, boit outrancièrement, dort devant la télé allumée ou joue à des jeux vidéo avec son camarade Geko.

note : trash, provocateur, cru, sale, amateur, saupoudré de psychologie à deux sous - in fine laisse coi plus que nauséeux...

Old_boy_2003_2.jpgOld boy

Park Chan-wook - 2003

Oh Dae-soo, marié et père de famille, est kidnappé, sans raison apparente. Il se retrouve dans une cellule privée, emprisonné pour une durée indéterminée. Son seul lien avec l'extérieur est une télévision par laquelle il apprend le meurtre brutal de sa femme, dont il est le suspect n°1. Le désespoir de Oh Dae-soo laisse rapidement place à une rage intérieure qui lui permet de survivre, jurant de se venger un jour de celui qui lui inflige un tel châtiment. 15 ans plus tard, il est relâché de façon aussi inattendue que lors de son emprisonnement.

note : costumes, bizarreries, ultra-violence, malignité, c'est bien un tarentino coréen, mais l'humour ricain a cédé place au burlesque asiat' - bon...

Repo-Man-2007-1.jpgRepo Men

Miguel Sapochnik - 2009

Dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l'aide d'organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L'Union. Le sombre pendant de cette percée scientifique : lorsque les "greffés" ne sont plus à même d'honorer les échéances de leur crédit, L'Union envoie ses agents spécialisés, les Repo Men, pour reprendre la marchandise, sans se préoccuper du confort ou de la survie de leurs clients insolvables.

note : un patchwork de films déjà vus, entre brazil et blade runner - et en plus avec cette ennuyeuse esthétique gore&propre contemporaine...

deliverance.jpgDeliverance

John Boorman - 1971

Quatre hommes entreprennent la dangereuse descente d'une rivière en kayak, au Nord de la Géorgie. Les dangers qu'ils affrontent ne proviennent pas uniquement des flots tumultueux : ils se retrouvent face à un groupe local de dégénérés qui vivent dans une totale xénophobie, et vont devoir se battre pour survivre.

note : donc un des films matrice du genre survival, et j'entends bien l'intéressante parabole sur les boys arrivant conquérants au vietnam (et prenant une tôlée) - mais je préfère zardoz...

Life-During-Wartime-2009-1.jpgLife during wartime

Todd Solondz - 2009

Joy a fui son mari pour trouver du réconfort et de l'aide auprès de sa mère et de ses sœurs. Mais chacun des membres de la famille connait ses propres problèmes. Sa sœur Trish reconstruit sa vie avec ses enfants après avoir appris que Bill, son mari psychiatre, abusait de jeunes garçons. Helen, la troisième sœur, considère qu'elle est autant victime de sa famille que de son succès a Hollywood, tandis que leur mère Mona ne parvient pas à se défaire d'une tenace amertume envers les hommes.

note : la suite de happiness - pas désagréable, mais semble tirer le fil trash, sans renouveller l'effet de surprise du premier...

the-deer-hunter.jpgVoyage au bout de l'enfer

The deer hunter - Michael Cimino - 1978

Ils sont cinq ouvriers sidérurgistes qui affrontent les hauts-fourneaux d`une petite ville de Pennsylvannie, et qui vont ensemble a la chasse au cerf. Parce que c`est la guerre au Vietnam, trois d`entre eux deviennent soldats sur le départ. Deux ans plus tard, la guerre sévit toujours et ils sont prisonniers dans un camp vietcong. Le retour à la vie civile sera difficile.

note : trois films déjà copieux (le parrain, apocalypse now, taxi driver) en un, même réduits à une heure chacun, c'est peut-être beaucoup - mention particulière à la partie vietnam qui est exceptionnelle d'intensité...

Killer-Joe-2011-1.jpgKiller Joe

William Friedkin - 2011

Chris, 22 ans, petit dealer de son état, doit absolument trouver 6 000 dollars s'il veut sauver sa peau. Son seul espoir : les 50 000 dollars de l'assurance-vie de sa crapule de mère. Killer Joe, flic le jour, tueur à gages la nuit, est appelé à la rescousse. Mais il se fait payer d'avance et Chris n'a pas un sou en poche. Alors Killer Joe veut bien qu'on le paye sur le fric de l'assurance si on le laisse jouer comme une 'avance' avec Dottie, la sœur simplette et vierge de Chris.

note : friedkin a trop lu tarentino et essaye de faire un film violent, malin et ironique sur les white trash texans - mais il accouche d'un film esthétique mais (très) violemment misogyne et pas très convainquant...

casino.jpgCasino

Martin Scorcese - 1996

En 1973, Sam "Ace" Rothstein est le grand manitou de la ville de toutes les folies, Las Vegas. Il achète et épouse une virtuose de l'arnaque, Ginger Mc Kenna, qui sombre bien vite dans l'alcool et la drogue. Mais un autre ennui guette Sam, son ami d'enfance Nicky Santoro, qui entreprend de mettre la ville en coupe réglée.

note : propre, mais aucune surprise, une impression de déjà-vu tant pour le jeu des acteurs que pour du traitement de la mafia - et terriblement long et ultra complaisant dans la monstration (si) de la violence...

Ilsa-la-louve-des-SS-Ilsa-She-Wolf-of-the-SS-1975-1.jpgIlsa, la louve des SS

Ilsa, She Wolf of the SS - Don Edmonds - 1975

Dirigeant un petit camp de concentration, la SS Ilsa fait subir les pires tortures à ses détenus, et en particulier aux femmes, souhaitant ainsi en tirer la conclusion que le sexe faible résiste bien mieux à la douleur que les hommes. Alors que les prisonniers élaborent un plan d'évasion, elle jette son dévolu sur l'un d'eux, un jeune américain capable de satisfaire tous ses appétits sexuels sans "défaillir".

note : presque pas de scénario + images cheaps (mais trash) de tortures + nazi + seins nus = Ilsa - difficile de savoir quoi en penser, mais un concept compliqué à défendre en société, convenons-en...

transperceneige.jpgSnowpiercer - Le transperceneige

Snowpiercer - Bong Joon-ho - 2013

En 2014, une tentative de géo-ingénierie contre le réchauffement climatique entraîne un cataclysme : une glaciation de toute la planète, détruisant la vie et exterminant presque toute l'humanité. En 2031, des passagers enfermés dans un train forcé à rouler continuellement sont les seuls survivants sur Terre. Les habitants des derniers wagons, contraints de vivre dans la promiscuité et le rationnement, se révoltent.

note : moralement dark, visuellement trash, et asiatiquement burlesque - une très bonne dystopie donc...

Red-Road-2005-1.jpgRed Road

Andrea Arnold - 2005

Jackie travaille comme opératrice pour une société de vidéosurveillance. Sans relâche, elle observe une petite partie du monde et protège ainsi les gens qui vivent sous ses yeux. Un jour, un homme apparaît sur son écran de contrôle, un homme qu'elle ne pensait jamais revoir, un homme qu'elle ne voulait plus jamais revoir.

note : aurait du me plaire : un film sec, sobre et dur, sans pathos et avec un bon sujet - mais sans plus, ne suis pas entré dedans...

Head_on_2003_1.jpgHead-on

Gegen die Wand - Fatih Akin- 2003

Sibel jeune fille issue d'une famille d'origine turque traditionaliste ne voyant plus qu'une possibilité pour y échapper à sa famille, épouser Cahit, qu'elle vient de croiser en HP. Il hésite un temps, puis accepte, peut-être pour se sauver aussi lui-même. Le jeune couple vit donc sous le même toit, mais sans plus, chacun profitant de la vie de son côté.  Quand l'amour s'en mêle Cahit tue dans une bagarre un des amants de sa femme. Après l'arrestation de Cahit, Sibel est reniée par sa famille et elle se réfugie à Istanbul.

note : on pourrait le voir comme une romance triviale, parfois cousue de fil blanc, et oui, mais non : c'est raide et souvent éprouvant - et en plus on y entend en boite de nuit lords of the new church, alors...

Canine-Kynodontas-2009-1.jpgCanine

Kynodontas - Yoros Lanthimos - 2009

Un père, une mère et leurs trois enfants d'une petite vingtaine d'années vivent dans une maison en pleine campagne. Un haut mur entoure la maison. Les enfants ne l'ont jamais quittée. Ils ont été élevés sans aucune influence du monde extérieur, et croient que les avions qui survolent leur maison sont des jouets et que les zombies sont des petites fleurs jaunes. La seule personne à pouvoir pénétrer dans la maison est Christina, agent de sécurité dans l'entreprise du père, qui n'entre que pour assouvir les besoins sexuels du fils.

note : l'enfant illégitime de funny games et d'attenberg (même si la chronologie des sorties ne permet pas ce point de vue reproductif) - une bonne petite claque...

Tyrannosaur-2011-2.jpgTyrannosaur

Paddy Considine - 2011

Dans un quartier populaire de Glasgow, Joseph, alcoolique, violent et désespéré, est en proie à de puissants tourments à la suite de la disparition de sa femme. Un jour, il rencontre Hannah. Très croyante, elle tente de réconforter cet être sauvage. Mais derrière son apparente sérénité se cache un lourd fardeau : elle a sans doute autant besoin de lui, que lui d'elle.

note : ça aurait pu être larmoyant mais c'est aride et noir, et ça laisse peu d'espoir, si on veut bien oublier un relent 'catho rédemption' - constatons que ken loach a des héritiers, et qu'ils ne sont pas content de la société dans laquelle on vit...

Suicide_club_2002_1.jpgSuicide club

Jisatsu saakuru - Shion Sono - 2002

54 jeunes filles au lycée se jettent sous un train du métro. Pris pour un fait divers, il ne s'agit en fait que le début d'une vague de suicides qui va se répandre à travers tout le pays. Le nouveau groupe Desert composé que de filles et adulées par celles-ci y serait-il pour quelque chose ? Le détective Kuroda est chargé d'éclaircir cette affaire.

note : alors je lis : "des séquences complètement folles, un patchwork de visions engagées du Japon, un ensemble inclassable qui pousse le portrait social et la réflexion très loin. En sublime poète des mots et de l’image, le maître Shion Sono livrait sa première vision exportable de ce que doit être le cinéma subversif. Brillant et fondateur." - ah? bin alors j'ai rien compris...

- page 1 de 5

Haut de page