Mot-clé - utopie

Fil des billets

Horizons_perdus_1937_1.jpgHorizons perdus

Lost horizon - Franck Capra - 1937

Fuyant la Chine en pleine révolution, un groupe d'étrangers dont l'avion s'est écrasé échoue dans la vallée de Shangri-La au Tibet, où le temps ne s'écoule pas. Des couples se forment, mais ceux qui fuient Shangri-La sont victimes d'un vieillissement accéléré.

note : un très bon début, une jolie utopie, mais même en contextualisant, c'est assez gnangnan in fine...

What-a-Flash--1971-1.jpgWhat a flash !

Jean-Michel Barjol - 1971

En 1971, le cinéaste Jean-Michel Barjol fait cohabiter pendant 3 jours et 3 nuits 200 acteurs, musiciens, peintres et acrobates, en les enfermant dans un immense studio aménagé en dortoir et cantine, avec une dizaine de caméras et de preneurs de sons documentant librement les évènements. Le fil conducteur : ils sont dans une capsule cosmique, trois jours avant le fin du monde.

note : un peu épuisant à regarder, mais heureusement assez court et très intéressant à plus d'un titre : on aurait presque envie de faire un long article qui discuterait de cet échec épatant, du ridicule égo des quelques acteurs professionnels participants, du vide absolu politique comme intellectuel qui résulte de ce huis-clos alors qu'on est en présence d'une 'élite' intellectualo-révolutionnaire libérée comme par magie de toute contrainte matérielle, de la crasse infantile et peinturlurée qui recouvre tout, du pathétique des quelques tentatives artistiques qui se mettent en place, curieusement toutes tournées vers une parodie assez tarte des rites catholiques, de l'ennui que semblent assez rapidement vivre les protagonistes, ou de la non-complaisance méchante de barjol quand il montre les 'survivants' heureux de retourner en trottant à leur petites voitures - mais on se retiendra...

Cloud-Atlas-2012-2.jpgCloud Atlas

Tom Tykwer, Andy Wachowski et Lana Wachowski - 2012

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se "retrouvent" d'une vie à l'autre, naissant et renaissant successivement. Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l'avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffi t à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié.

note : donc 6 films de genre quasi caricaturaux sur le fond comme la forme, imbriqués les uns dans les autres façon puzzle, pour un gloubi-boulga de 2h45 dont il est difficile de savoir si c'est un chef d’œuvre ou un ramassis de poncifs déjà vus plans par plans - bon déjà, on les regarde sans ennui marqué, ce qui est pas mal (tiens, si c'est ça je mets 250 tags)...

Man-on-Wire-2008-1.jpgLe funambule

Man on wire - James Marsh - 2007

Le 6 août 1974, un groupe déjoue la sécurité du World Trade Center et grimpe jusqu'au sommet des deux tours, alors inachevées. Passant la nuit à éviter les gardes puis à déployer un matériel parfois très lourd, les quatre hommes s'activent discrètement à mettre la dernière touche à un plan soigneusement conçu au cours des mois précédents. Le matin du 7 août, alors que la brume se dissipe sur Manhattan, le funambule Philippe Petit apparaît, marchant au-dessus du vide, sur un fil reliant les deux tours. Le jeune homme de vingt-quatre ans demeurera ainsi perché pendant 45 minutes et effectuera huit traversées.

note : docu très prenant, avec une tension qui croît joliment au fur et à mesure que l'incroyable dénouement approche - "pourquoi avoir fait ça ? il n' y a pas de pourquoi"...

les_diggers.jpgLes Diggers

Alice Gaillard et Céline Deransart - 1998

«EVERYTHING IS FREE, do your own thing». Automne 1966, c'est avec ce mot d'ordre que les Diggers, un petit groupe de jeunes révoltés issus du théâtre, cherchent à radicaliser les enfants fleurs en train de converger vers San Francisco. Référence faite aux paysans anglais du XVIIe siècle menés par Gerrard Winstanley qui s'étaient appropriés des terres seigneuriales pour les cultiver en commun, ils mettent en scène leur rêve d'une vie Libre et Gratuite, distribuent des repas, ouvrent des magasins gratuits, organisent de gigantesques fêtes..., et réclament la rue comme théâtre de leurs actions politiques critiques, subversives et festives.

note : les diggers originaux disaient : "que les riches travaillent seuls de leur côté, et que les pauvres travaillent ensemble du leur ; les riches dans leurs enclôtures, disant"ceci est à moi", et les pauvres dans leurs communaux, disant "ceci est à nous" " ...

jonas qui aura 25 ans en l'an 2000

Alain Tanner - 1976

Genève dans les années 70, Max, ancien journaliste, Mathieu, chômeur, Marie, caissière et Mario, prof d'histoire, vont se rencontrer pour défendre la ferme de Marguerite et Marcel que des promoteurs veulent exproprier. Leur rapprochement sera sans lendemain. Sauf pour Jonas, le fils de Mathieu, en qui ils placent tous leurs espoirs.

note : dès 76, le contrepoint des utopies des 70s, un dernier essai de construire autre chose, mais fin de l'espoir et retour désabusé à une vie banale...

l'an 01

Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch - 1971

On arrête tout, on réfléchit, et c'est pas triste. Après un temps d'arrêt total, ne seront ranimés que les services et les productions dont le manque se révélera intolérable. L'entrée en vigueur de ces résolutions correspond au premier jour d'une ère nouvelle, l'an 01.

note : film communautaire et sympathique, mais qui n'arrive pas à la cheville de la bande dessinée de gébé - toutefois obligatoire pour les allergiques aux images dessinées...

Haut de page